AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782372580441
218 pages
Éditeur : Taurnada Éditions (05/07/2018)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 55 notes)
Résumé :
[PEUT ÊTRE LU INDÉPENDAMMENT DES TOMES PRÉCÉDENTS]

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère.
Et dire que tout a commencé parce qu'une étudiant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
manU17
  23 août 2018
Tout commence avec une vieille armoire achetée dans un vide-grenier.
Sa nouvelle propriétaire, une jeune femme enceinte, devient la proie d'étranges phénomènes. Désemparée par leur ampleur, elle fait appel à Alan Lambin, spécialiste en paranormal secondé par Mina Arletti, son assistante-médium, pour tenter de comprendre la nature du mal...
Lire Les Prières de sang, c'est d'abord avoir le plaisir de retrouver le duo très attachant Alan Lambin-Mina Arletti découvert dans La Maison bleu horizon, leur première aventure commune, suivie par Alan Lambin et le fantôme au crayon, une brève nouvelle. A la manière de Mulder et Scully, dans les premières saisons, il y a celui qui croit et celui qui doute, qui cherche toujours une explication rationnel. Comme eux, ils se cherchent, se tournent autour. Mais ils prennent leur temps, surtout Alan qui « Lambine »… Elle est facile, je sais ! ;)
Quoiqu'il en soit, dans cet opus les personnages comme l'histoire gagnent vraiment en profondeur pour le plus grand plaisir du lecteur.
Lire Les Prières de sang, c'est se replonger dans l'ambiance des années 80 et faire une incursion à l'époque des templiers.
Lire Les Prières de sang, c'est aussi un peu retrouver l'atmosphère du monastère du Nom de la Rose avec ses moines sans scrupules, l'atmosphère du film de Jean-Jacques Annaud en ce qui me concerne, n'ayant pas lu le livre d'Umberto Eco.
Lire Les Prières de sang, c'est enfin tourner les pages à toute allure tant on est pris par le rythme de l'histoire de Jean-Marc Dhainaut.
Sur ce, je file faire un vide-grenier… Mais aucun risque que j'y achète une armoire !

Lien : https://bouquins-de-poches-e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
missmolko1
  07 juillet 2018
Tout d'abord, je tiens à remercier Joël et les éditions Taurnada pour leur confiance et l'envoi de ce nouveau titre. Encore une fois ce partenariat m'a fait sortir de ma zone de confort : le côté fantastique n'est normalement pas trop mon domaine de prédilection et étant un peu trop terre à terre, j'apprécie peu ce genre de roman. Et pourtant, j'ai eu raison de suivre mon instinct et de craquer sur la couverture et la bande annonce car je serai passée à côté de ce très bon roman.
Il s'agit ici d'une suite mais ça ne m'a pas posé problème de commencer par celui-ci. On fait la connaissance d'Alan et de Mina qui enquête sur les phénomènes paranormaux. Une jeune femme leur demande de venir chez elle car elle a l'impression d'être entourée de présences. Ils découvrent alors une vieille armoire qui semble être la cause de tous ces phénomènes. Cette armoire va les emmener dans un monastère qui cache bien des secrets.
C'est un court roman, les chapitres se succèdent et le lecteur n'a pas une seconde de répit. Tout va très vite, le suspense est là et notre duo d'enquêteurs attachants. C'est une chouette découverte et maintenant il me tarde de découvrir La maison bleu horizon, qui comme je l'ai appris pendant ma lecture se déroule en partie à Villers-Bretonneux. Ce nom ne vous dit rien, c'est normal, mais moi ça me parle puisque c'est mon village d'enfance ! Mon grand-père y vit toujours d'ailleurs ainsi que la famille de mon mari et de nombreux amis.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Soukiang
  13 août 2019
On ne mesure le poids de l'absence ou de la perte quand les personnes ne sont plus ...
A chaque décès, il se dit que l'âme du défunt perdure quelque temps sur place avant de s'en aller à jamais rejoindre d'autres horizons.
Mais parfois, pour des raisons obscures et mystérieuses, l'entité peut se retrouver bloqué ou errer indéfiniment qui dans les couloirs d'une maison, qui dans le dernier endroit où elle a expiré.
Pourquoi ? Comment ?
Il ne reste alors aux survivants ou ceux qui doivent demeurer au même endroit qu'à subir parfois les tourments des âmes perdues, comme si bloqués par un entrelacement de causes indéchiffrables, se font entendre déchirements et autres appels désespérés, suffisamment dérangeant pour faire appel à l'enquêteur du paranormal, Alan Lambin, on parle de phénomène de hantises, dans cet entre-deux monde, les silences ne sont pas anodins pour expliquer des situations étranges dont l'entendement dépasse souvent l'imagination, que l'on soit amateur ou pas des romans fantastiques, que l'on ait été témoin d'expériences extraordinaires, une chose est sûre, les histoires de Jean-Marc Dhainaut ne peuvent laisser indifférentes, ne tombant jamais dans l'excès que l'on pourrait craindre pour montrer plutôt que de démontrer, cette poudre aux yeux afin de ne capter que des artifices ou des théories sans fondement, cette série mettant en scène les enquêtes paranormales d'un enquêteur tout sauf ordinaire, gagnent en puissance et en qualité avec les deuxièmes et troisièmes romans, Les Prières de sang et Les Galeries hurlantes.
Peu importe que les histoires se suivent et peuvent peu ou prou se ressembler, ce qui prime véritablement dans le plaisir de continuer inlassablement à s'accrocher dans une série, ce sont ses personnages, leur évolution, leur fragilité devant des séquences à vous figer sur place, après la révélation et la belle surprise suscitée par La Maison bleu horizon, la plume de l'auteur est toujours d'une simplicité redoutable pour saisir l'effroi, tout le monde connaît maintenant la citation de John Carpenter dans laquelle il affirme que la peur est la plus puissante des émotions humaines, la preuve de nouveau par deux avec ces suites addictives, l'une pour s'arrêter en Normandie dans les brumes d'un monastère et l'autre dans les entrailles d'une mine désaffectée du Nord.
L'histoire se rappellera toujours, que l'on veuille toujours penser présent et lendemains, il n'en reste pas moins que le poids du passé demeurent la pierre à l'édifice d'un grand ensemble, celui de la vie et de la mort, la faucheuse n'est jamais loin, une seconde d'inattention suffit pour basculer dans le gouffre des souffrances infinies, blessures secrètes côtoyant vicieusement le remords et la culpabilité insurmontable, au fil du temps, ce qui peut advenir n'est que le fruit d'aléas et d'existence corrompue sans possibilité de remise de peine sauf à expier ses fautes et pas toujours de la manière la plus élémentaire, ces récits qui pourraient s'inspirer de faits réels ne sont pas sans rappeler des tragédies humaines, si les années 80 sont la période choisie, ce n'est pas un hasard, avant l'avènement des nouvelles technologies, des moyens pour mesurer la crédibilité tangible de l'existence avérée ou non des fantômes et autres spectres étaient déjà disponibles.
Ne tombant jamais dans la facilité de tirer des ficelles narratives aussi grosses que les évidences ne pourraient le laisser supposer, l'interminable désarroi succède les inévitables questions ne manquant pas de pousser les protagonistes, Alan Lambin et son assistante Mina Arletti, vers le bord du précipice de leur conscience, entre rêves et cauchemars éveillés, une lecture prenante pour connaître la vérité, si elle existe, des personnages habités et animés par une volonté farouche d'aller au bout de leur quête, provoquer le destin afin d'expliquer peut-être l'irrationnalité de phénomènes déroutants, l'ambiance est toujours tendue comme un arc, par un jeu d'équilibre précaire de mots distillés judicieusement, l'auteur évite le pathos et maîtrise son intrigue de main de maître.
Ce n'est ni le premier ni le dernier à traiter de la terreur dans sa définition étayée mais se place parmi les meilleurs du genre, efficace est son leitmotiv, combiner plaisir de faire palpiter son coeur à toute épreuve en traquant des fantômes, quel programme réjouissant, revenir à l'essence de ce qui motive à créer ce sentiment de malaise, retourner toutes les pierres, toutes les attentes cristallisées sont récompensées pour se laisser happer par un faux rythme, alternance de frayeurs percutantes et d'instants intimes, ces histoires fantastiques ne se suffiraient pas à elles-mêmes sans ressentir cette émotion et empathie si particulière, celle qui brise les tabous, les interdits ne sont pas toujours placés là où on pourrait s'y attendre, cette peur viscérale est le reflet propre à chaque lecteur, dans l'exigence comme dans l'inconnu, je ne saurai trop vous conseiller de lire la nuit ou loin de toute agitation bruyante pour espérer capter tous les sons possibles et imaginables ...
L'idée de relayer la petite histoire à la grande, c'est oser plonger dans le miroir des âmes torturées et végétant dans les limbes d'un monde de tous les possibles, l'auteur a su faire rebondir son intrigue en donnant force de cohésion avec ses précédents romans (même s'ils peuvent être lus indépendamment les uns des autres) et en y incorporant de nouvelles pistes pour approfondir davantage les personnages principaux, ce qui laisse supposer un suite plausible.
Je ne saurai également trop vous inviter à vous rendre sur le site de l'éditeur Taurnada pour découvrir deux nouvelles gratuites se révélant comme des ajouts pertinents aux trois romans, deux enquêtes envoûtantes prolongeant un peu plus le plaisir coupable de flirter avec les codes du fantastique paranormal et ses récits nocturnes, Alan Lambin et le fantôme au crayon suivi d'Alan Lambin et l'esprit qui pleurait.
Soucieux d'apporter une qualité indiscutable, les couvertures mettent déjà le lecteur à l'affût de ce qui l'attend, ambiance terrifiante garantie, des personnages toujours justes dans leur humanité et scepticisme devant l'inexplicable, Alan Lamblin sait que le temps joue contre lui mais surtout contre les personnages qui le contactent, il était écrit quelque part que les Légendes resteraient ... éternelles !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aelynah
  02 juillet 2018
Alan Lambin
J'ai découvert la plume de Jean-Marc Dhainaut grâce aux EDITIONS Taurnada. Cette petite maison d'édition n'a, depuis que je la connais, fait que me donner à lire des pépites. Que ce soit Mehdy Brunet ou bien ici cet auteur je me suis à chaque fois régalée.
Alan Lambin, notre spécialiste des éléments surnaturels va cette fois encore nous emmener loin. Pas géographiquement il est vrai. Puisque notre breton ne va pas dépasser la Normandie. Mais après la première guerre pour la maison bleu horizon c'est au moyen-âge que les événements vont nous transporter ici.
Celine, une future jeune maman, l'a appelé au secours. Sa maison semble hantée. Des cris de femmes en détresse, des pleurs de bébés, des crissements et parfois même des objets qui volent la terrorisent.
Bizarrement Alan ne semble pas intéressé plus que cela. Ce sont des petits détails qui vont pourtant le pousser à aller y faire un tour.
Et sous la plume machiavélique de Jean-Marc Dhainaut un scénario sombre et cruel va se dérouler.
Dès le début l'ambiance est lourde, noire de rancoeur , de haine mais aussi de désespoir.
Mina, l'assistante d'Alan l'accompagne cette fois-ci. Ses facultés de médium pourraient être utiles.
Ce qu'ils ne savent pas c'est que cette enquête va les pousser au bord de leurs retranchements et leur laisser une marque indélébile.
Je ne veux pas trop vous en dévoiler si ce n'est que la trame se tisse de façon géniale et que les descriptions des situations surnaturelles ont créé quelques frissons presque bienvenus dans cette soirée estivale.
En suivant cette aventure nous allons ainsi en apprendre plus sur nos deux personnages principaux. Sur leur relation ou plutôt non-relation, sur leurs facultés à chacun aussi. Ils vont se découvrir l'un à l'autre mais surtout à nous en partageant ces rebondissements psychotiques. Car toutes les certitudes d'Alan semblent prendre un coup dans l'aile dans cette histoire. Mina va essayer de lui ouvrir les yeux sur certains points tout en essayant de ne pas y perdre la tête. Ici les fantômes ne semblent pas si inoffensifs que cela. Et au fil de l'avancée de leur enquête, ils vont se rendre compte que beaucoup d'éléments se rejoignent et surtout les visent directement.
Pour résumer , je l'ai lu en une soirée. Dévoré serait plutôt le terme car il m'a tenu en ses rets du début à la fin. J'ai frissonné d'angoisse, cherché des explications, tenté d'en souffler aux protagonistes et suis restée enchaînée à ma liseuse jusqu'à tourner la page finale.
C'est un vrai coup de coeur. J'avais déjà adoré la maison bleu horizon mais j'aurais tendance à dire que l'auteur a su faire grimper encore un peu la barre avec ce roman-ci. Qu'il s'inquiète car dorénavant je vais l'attendre au tournant. La qualité de sa plume et de son imagination sont indéniable. Et Mr Dhainaut vous venez de confirmer une fan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Marie-Nel
  23 janvier 2019
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé Jean-Marc Dhainaut et son personnage emblématique, Alan Lambin. Je les avais découverts tous deux dans La maison bleu horizon dont l'histoire m'a beaucoup marquée. J'avais eu l'occasion aussi de retrouver ce spécialiste dans une nouvelle Alan Lambin et l'esprit qui pleurait. À chaque fois, une lecture captivante, percutante par les faits et inoubliable. J'ai pu à nouveau ici apprécier la précision et l'efficacité du style de l'auteur afin de nous donner un récit criant de vérité malgré les phénomènes étranges qui s'y passent.
Alan Lambin va quitter sa Bretagne et se rendre en Normandie avec son assistante Mina afin de venir en aide à une future maman chez qui il se passe de drôles de choses. Et ce, depuis qu'elle a acheté un vieux meuble dans une brocante. Il appartenait auparavant à un monastère du village où elle se trouve. D'abord sceptique, Alan se rend vite compte que la jeune femme a raison. Surtout lorsque ces phénomènes mettent en péril la vie de celle-ci. Il va ainsi mener son enquête auprès du vieux monastère où il ne reste plus qu'un moine. Là-bas, où lui et Mina seront accueillis, ils vont vite se rendre compte que tout le mystère réside entre ces murs. Il va devoir découvrir ce qui se cache dans les parchemins qu'il a trouvés. Mais pourquoi les entités sont-elles si menaçantes ? Que viennent faire ces quatre templiers qu'il voit tout le temps ? Que sont ces cris d'enfants ? Et cette dame habillée de noir ? Des tas de questions et de bizarreries que devront résoudre Alan et Mina.
Je le dis à chaque fois que je lis Jean-Marc Dhainaut, il sait mener le suspense. Et ce que j'aime par dessus tout, c'est qu'il arrive à rendre réel un monde totalement inventé. Alan Lambin est loin d'être un hurluberlu, bien qu'il soit un enquêteur en paranormal. Il a toujours une part de scepticisme et ne fonce pas tête baissée dès qu'on lui parle de fantômes. Au début, il ne croit pas la jeune femme, il pense que cela peut être son esprit qui fabrique les bruits ou les apparitions, il lui faut des preuves de leur existence pour qu'il commence à y croire et à mener son enquête. Il est un peu comme St Thomas, il croit que ce qu'il voit. Et du coup, cela donne une grosse part de réalité à l'histoire et on s'imagine ensuite que tout ce qu'il se passe est plus vrai que nature. J'en suis même venue à croire, l'espace d'un lecture, qu'Alan Lambin existait vraiment !
Le duo que forment Alan et Mina est attachant, ils se complètent parfaitement. Mina a des dons de voyance et est très sensible aux ambiances. Ils sont tous deux célibataires, amoureux l'un de l'autre sans vouloir se dévoiler. Ils sont plein de pudeur. Ces personnages ont gagné en profondeur, l'auteur les a encore plus travaillés, leur pensée intime se dévoile un peu plus que dans les autres histoires. J'ai beaucoup aimé ce couple.
Jean-Marc Dhainaut sait plonger le lecteur dans l'ambiance des années 80 avec des rappels amusants de certaines musiques, de certains instruments de cette époque. Un petit rappel de ma jeunesse...Le suspense est bien mené et reste entier jusqu'aux révélations finales qui sont inattendues et surprenantes. Quand toutes les pièces du puzzle se mettent en place, cela donne une histoire qui fait froid dans le dos par certains faits atroces. Je ne m'attendais pas à certaines révélations, au nom du coupable, ni aux conséquences des actes du passé sur le présent.
Pour conclure, j'ai lu ce roman d'une traite, l'auteur fait monter le suspense crescendo, me rendant de plus en plus accro au fil des pages. J'ai, une fois de plus, beaucoup aimé Alan Lambin, sa personnalité, ses pensées, ses actions. Je n'ai qu'une hâte maintenant, c'est le retrouver dans un nouveau mystère avec des énigmes du passé à résoudre. En plus son association avec Mina se révèle être très enrichissante pour l'histoire. J'ai passé, comme vous l'aurez compris, un excellent moment de lecture, comme souvent avec les romans de chez Taurnada. Je ne peux que vous conseiller cette lecture que vous pouvez lire indépendamment de la maison bleu horizon, quelques rappels sont faits, mais ça ne gêne en rien la compréhension de cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   25 juin 2018
A quelques centaines de kilomètres de là, comme si elles sentaient le souffle d'Alan à travers la ligne, des âmes tourmentées s'arrêtèrent un moment de traverser la maison qu'elles hantaient. Au bout de quelques secondes, lorsque Céline Fairland répondit, à l'instant même où elle prononçait "Allo ?", elle sursauta au violent coup qui retentit derrière elle, semblant provenir de la vieille armoire.
Aurait-elle pu remarquer la grande silhouette masculine qui se tenait près d'elle, et qui, immobile, la regardait fixement ?
Soudain, une voix sourde lui murmura quelque chose à l'oreille. Quelque chose quelle ne comprit pas, mais qui ressemblait à du latin.
Terrorisée, elle lâcha le combiné du téléphone et se précipita dans sa chambre pour s'y enfermer, comme si une porte pouvait la protéger de ce qui l'attendait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
missmolko1missmolko1   19 juin 2018
« Sept cents francs !
- Vous plaisantez ? C’est juste un vieux meuble.
- Un vieux meuble ? Oui du XIIIe siècle pour être précis, d’où son prix que je trouve déjà particulièrement honnête.
- Je vous en propose six cents.
- Six cent cinquante et marché conclu, parce que vous m’avez l’air d’être une bonne fille. »
La « bonne fille », bientôt maman, qui croyait avoir fait, pensait-elle, une bonne affaire dans un vide-grenier quelque part en Normandie, s’appelait Céline Fairland et venait d’avoir vingt-deux ans. Elle l’ignorait encore, mais l’armoire acquise en ce beau matin de juin 1986 allait bouleverser ses nuits, mais pas seulement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
missmolko1missmolko1   21 juin 2018
Chaque matin, lorsqu'il entrait dans son bureau, Alan Lambin avait le sourire en regardant Mina, son assistante, qui y était très souvent avant lui. En plus encore lorsqu'elle lui annonçait qu'ils avaient reçu des coups de fil. Pour manger la soupe, comme il disait, il fallait des enquêtes. Mais celles qu'il menait, parfois avec Mina, n'avaient rien à voir avec les dossiers du Quai des Orfèvres ni avec ceux d'un détective privé. Alan ne poursuivait pas les malfrats ou les femmes infidèles, mais les silhouettes fantomatiques, debout au pied de notre lit, qui peuvent nous regarder dormir la nuit, jusqu'à ce que l'aube filtre à travers nos fenêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gabrielleviszsgabrielleviszs   19 novembre 2018
Ils contournèrent la maison jusqu'à découvrir une cabane construite de bric et de broc à côté d'un poulailler près duquel pendait du linge, ou plutôt de vieilles loques. Une longue buse de laquelle s'échappait une fumée blanche dépassait du toit. Ils se seraient crus dans un bidonville, mais pour l'heure, il fallait faire bonne figure pour inspirer confiance. En arrivant devant la porte - récupérée dans une décharge vu l'état -, les chaussures pleines de boues, les poules s'agitèrent et ils échangèrent un regard étonné en voyant la croix renversée qui y était accrochée. Ils frappèrent. Au bout de quelques secondes, un vieil homme édenté leur ouvrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
viedefunviedefun   22 août 2018
-Vous avez un chat ? demanda Mina.
– Oui, et il s’est certainement caché en ce moment. Il a toujours peur des gens qui viennent chez moi.
– Avez-vous déjà remarqué des comportements étranges chez lui ? questionna Alan.
– Oui, il se met souvent à fixer des endroits de la maison. C’est parfois si intense, que j’en ai la chair de poule. C’est comme s’il suivait des choses qui se déplacent, mais moi je ne vois rien.
– C’est assez caractéristique chez nos animaux domestiques. Ils ont très souvent ce genre de comportement, mais cela ne doit absolument pas vous inquiéter, croyez-moi. Je sais qu’on dit qu’ils sont de bons “détecteurs de fantômes”, mais bon…
– Peut-être, monsieur Lambin, mais lorsqu’il se met sur ses gardes, le poil hérissé en fixant quelque chose d’invisible, croyez-moi, dans ce contexte, avec tout ce qui arrive, cela fait très peur. Il se passe ici des choses que mon chat a parfaitement perçues, j’en suis certaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Marc Dhainaut (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Dhainaut
« Les Couloirs démoniaques », la bande-annonce. Un roman de Jean-Marc Dhainaut.
Le Foyer des Galibots, une maison de retraite paisible située dans le Nord de la France, ferma ses portes en 1992 après une effroyable série de morts mystérieuses. Des suicides, selon l'enquête. Détails troublants : certains pensionnaires avaient témoigné de présences effrayantes, et une aide-soignante avait affirmé avoir été attaquée par une force invisible. Alan Lambin, enquêteur en paranormal, sent que cet endroit, construit sur les ruines d'un hôpital exploré quinze ans plus tôt, a besoin de lui. A-t-il oublié la menace qui y rôde ?
Roman disponible le 2 juillet 2020 (papier & numérique).
+ Lire la suite
autres livres classés : templiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre