AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Ricard (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782070306107
240 pages
Éditeur : Gallimard (10/02/2005)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 417 notes)
Résumé :
La parution d'un nouveau roman de Milan Kundera demeure toujours un événement littéraire. À plus d'un titre. Celui-ci n'échappe pas à cette réalité. Écrit en français, traduit en plusieurs langues, L'Ignorance a déjà connu un succès hors de l'Hexagone. Renouant avec le roman à multiples facettes, à multiples entrées, il s'appuie sur le déracinement et l'exil, imprégné des fragrances subtiles de la Bohême. Entre mélancolie et vin doux. Avec des personnages qui vont, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
lecturemameufsure
  27 décembre 2017
Le premier roman me donnant envie d'y revenir, encore et encore, de revenir tout court. Par le biais des pérégrinations (avant tout psychologiques) d'Irena et de tous les protagonistes qu'il construit, Kundera touche l'intimité de chacun lorsqu'il évoque avec tant de justesse l'expérience de l'exil, et sa sensation. Si la nostalgie s'avère être la saveur omniprésente dans les mots de l'auteur, jusque dans ses virgules, l'on comprend d'autant mieux pourquoi l'Ignorance porte ce nom, et l'incarne à merveille. En effet, que serait l'élan nostalgique sinon la conscience de ne pas savoir, de ne plus voir, et d'en souffrir ? Quand Irena revient à Prague, ce ne sont pas seulement les traces de sa jeunesse qu'elle retrouve mais bien celles des possibilités qu'elle n'aura plus jamais et que Kundera nous souffle avec une étonnante intensité. Une tristesse également. Pourtant, l'on ne peut s'empêcher d'admirer avec quelle lucidité l'auteur nous parle du thème de l'émigration (et de l'immigration) alors même qu'il doit susciter en lui bon nombre d'implications morales et sentimentales. Voilà donc les raisons de ce retour sur cet ouvrage, il exhorte au retour (sinon chez soi, vers soi) et dans le cas présent, vers l'expérience d'une (re)lecture réconciliatrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
AMR_La_Pirate
  29 décembre 2016
C'est le premier livre de Milan Kundera que je lis…
Je découvre avec surprise que L'Ignorance a d'abord été publié en langue espagnole en 2000, puis en vingt-six autres langues avant d'être publié en français, sa langue originale, en 2003… Pour moi, Milan Kundera est un écrivain d'origine tchèque vivant et écrivant en France. Voilà un paradoxe que je ne m'explique pas.
Sur fond d'exil politique, de retour au pays natal, de recherche du temps perdu en quelque sorte, L'Ignorance démontre en phrases sobres que la nostalgie des exilés politiques se heurte, au moment du retour tant espéré, aux ressentis opposés de ceux qui ont fui le régime et de ceux qui sont restés. Ce livre entre idéal et réalité est, en effet, à la limite du roman et de l'essai philosophique.
Les deux héros principaux, Irena et Josef, sont presque des sujets d'expérience que l'auteur a placés dans deux situations d'émigré similaires à quelques variantes près ; de temps en temps, ce même auteur vient commenter les résultats de ses observations en faisant irruption dans la narration à la première personne.
Irena et Josef, chacun à leur manière, vivent la difficulté de réconcilier le présent du retour avec le passé de l'exil et du pays retrouvé. À tous deux, ce retour est imposé par la famille où les amis dès que les évènements historiques le rendent possible. Je m'étonne que Kundera emploie plutôt le terme d'émigré pour ceux qui ont choisi l'exil : c'est peut-être une formulation plus actuelle, plus moderne.
Irena et Josef doivent faire face à des situations qui mettent en avant un profond décalage entre les souvenirs fantasmés de leur pays, de leur famille ou de leurs amis et la réalité des confrontations du retour. Tout devient source de malaise : la langue toujours comprise mais trop longtemps inusitée, la ville de Prague livrée au tourisme, les maisons des émigrés confisquées puis rendues aux parents qui se les sont appropriés comme une sorte de dédommagement d'avoir du subir la honte de la fuite de leurs proches… Et puis surtout, leur expérience d'émigré n'intéresse personne !
Ce malaise semble inéluctable ; en effet la référence à L'Odyssée d'Homère et au personnage d'Ulysse inscrit L'Ignorance dans une filiation littéraire avec un texte mythique et fondateur. Ulysse, libéré par Calypso, reprend son errance et entame son long voyage de retour vers Ithaque ; il raconte des épisodes de son périple à la cour des Phéaciens, où il est particulièrement bien reçu et où sa personnalité intrigue ; par contre, lors de son retour chez lui, personne ne va véritablement s'intéresser à ce qu'il a vécu durant son voyage. de même, Irena et Josef ont suscité une forme d'intérêt en France et au Danemark en qualité d'émigré fuyant le régime tchèque, mais cet intérêt a décru quand leur pays d'origine a retrouvé un meilleur équilibre politique. Comme Ulysse, ils ont du faire preuve d'adaptation au cours de leur exil : par exemple, Irena déclare avoir exercé au moins sept professions différentes. Enfin, ils ont réussi à recréer une forme de bonheur et d'équilibre tout comme Ulysse avait su profiter de son séjour chez Calypso…
Enfin, tout comme le monde homérique à la fois poétique et littéraire peut être lu comme une histoire des représentations collectives car Homère recrée le passé, sans refléter une période en particulier, les expériences vécues par les personnages d'Irena et de Josef ont valeur générale de preuve par l'exemple.
Milan Kundera va très loin dans son étude ; le récit part dans trois directions à travers les deux personnages étudiés d'abord séparément puis ensemble. Mais même le rapprochement entre eux ne fonctionne pas, se réduit à un moment de sexe, entre obscénités et alcool. La fin, que je ne dévoilerai pas ici, est aussi lourde de sens avec deux personnages féminins un moment fusionnés dans l'imaginaire du lecteur puis opposés dans l'ignorance réciproque de leur vécu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1911
Levant
  17 juillet 2016
Partir c'est mourir un peu. Mais est-ce renaître ailleurs ? Est-ce renaître au retour ?
Erina n'avait pas vraiment envisagé de rentrer à Prague. Émigrée à Paris 20 ans plutôt, elle avait fait de sa nouvelle vie une perspective sans retour, même si sa terre d'accueil ne lui avait pas ouvert les bras avec spontanéité. La France était désormais sa terre d'avenir. Aussi a-t-il fallu que son compagnon Gustaf l'incite et prenne l'initiative pour que ce retour aux sources se concrétise.
Milan Kundera connaît trop bien le sujet de l'exil. Il connaît les effets des forces contrariées de la dictature qui broient les uns, éjectent les autres hors de la funeste centrifugeuse. Avec L'ignorance, il nous livre une réflexion sur le déracinement, la nostalgie qui taraude et leurre, la mémoire trop personnelle et trop ponctuelle pour donner lieu à partage, l'arithmétique du temps qui passe, la modernité qui n'apporte pas son lot de réconfort, autant de notions qui font qu'à la question "quel est ton chez-toi ?", l'exilé restera dans la même tergiversation que celle qui a présidé à son départ.
L'absence est une mort qui pourrait avoir un terme si les liens de l'amour résistaient au temps. Mais la déconvenue de ceux qui restent, la méfiance de ceux qui accueillent détricotent le tissu affectif de celui qui a fait le choix, ou non, de partir. Son avenir sera pavé de solitude. Son chemin sera aussi instable que le fil du funambule. Quand il penchera d'un côté, ce sera la chute.
Avec Milan Kundera, le coeur a toujours une relation au corps. Cette matérialité de l'être humain qui seule révèle le temps qui passe. Avec ses pulsions elle ne fait que chercher des compensations aux frustrations affectives.
L'exil ne restera jamais qu'une condamnation avant l'heure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  13 juillet 2019
Je suis restée en lisière de cette lecture, alors qu'il y a de belles pensées. Paris, Prague d'aujourd'hui et de l'époque communiste. Nostalgie, mémoire, exil.
Longtemps, Kundera fut mon auteur favori. Je vais retourner vers ses romans plus anciens.
Commenter  J’apprécie          304
JacquesBonhomme
  19 janvier 2021
Un livre sur le temps et sur la mémoire.
Un livre sur le temps humain de la vie.
Comme souvent maître Milan joue avec ses personnages de roman et les observe en bon entomologiste. Et là, depuis le point de vue de Sirius, il digresse, raconte, explique, construit l'intelligence.
On pourrait craindre pire en matière de discours pontifiant. Mais voici Kundera: même quand il parle de deuil, creuse les questions existentielles, son propos n'assomme pas. Les très courts chapitres s'appellent l'un l'autre sans lasser. La lecture est fluide, agréable. Même en citant Arthur Schönberg le propos de Kundera n'assomme pas. C'est dire.
Ainsi Kundera ne pontifie pas plus que nécessaire.
Ceci dit, voilà une forme romanesque (de l'intimité surplombée ?) qui a ses détracteurs. Il me semble qu'il passent à côté d'une très bonne expérience de lecture. D'autant que ce volume est bien bref, contrairement aux tous meilleurs Kundera qui le sont moins.
Reste un livre sur le temps et sur la mémoire.
Un livre sur le temps humain de la vie, entre Paris et Prague, via l'île des Phéaciens.
Et toujours pas de prix Nobel en vue....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
AMR_La_PirateAMR_La_Pirate   29 décembre 2016
Pendant les vingt ans de son absence, les Ithaquois gardaient beaucoup de souvenirs d’Ulysse, mais ne ressentaient pour lui aucune nostalgie. Tandis qu’Ulysse souffrait de nostalgie et ne se souvenait de presque rien.
On peut comprendre cette curieuse contradiction si on se rend compte que la mémoire, pour qu’elle puisse bien fonctionner, a besoin d’un entrainement incessant : si les souvenirs ne sont pas évoqués, encore et encore, dans les conversations entre amis, ils s’en vont. Les émigrés regroupés dans des colonies de compatriotes se racontent jusqu’à la nausée les mêmes histoires qui, ainsi, deviennent inoubliables. Mais ceux qui ne fréquentent pas leurs compatriotes, comme Irena ou Ulysse, sont inévitablement frappés d’amnésie. Plus leur nostalgie est forte, plus elle se vide de souvenirs. Plus Ulysse languissait, plus il oubliait. Car la nostalgie n’intensifie pas l’activité de la mémoire, elle n’éveille pas de souvenirs, elle se suffit à elle-même, à sa propre émotion, toute absorbée qu’elle est par sa propre souffrance.

[…]

Si j’étais médecin, j’établirais, sur son cas, ce diagnostic : « le malade souffre d’une insuffisance de nostalgie ».
Mais Josef ne se croit pas malade. Il se croit lucide. L’insuffisance de nostalgie est pour lui la preuve du peu de valeur de sa vie passée. Je corrige donc mon diagnostic : « le malade souffre de la déformation masochiste de la mémoire ».

[…]

Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles.

[…]

« Le pire, c’est qu’elles me parlaient de choses et de gens dont je ne savais rien. Elles ne voulaient pas comprendre que leur monde, après tout ce temps, s’est évaporé de ma tête. Elles pensaient que, avec mes oublis, je voulais me rendre intéressante. Me démarquer. C’était une conversation bizarre : moi j’avais oublié qui elles avaient été ; et elles ne s’intéressait pas à ce que je suis devenue. Tu te rends compte que personne ici ne m’a posé une seule question sur ma vie là-bas ? Pas une seule question ! Jamais ! J’ai toujours l’impression qu’on veut m’amputer de vingt ans de ma vie. Vraiment, j’ai le sentiment d’une amputation. Je me sens comme raccourcie, diminuée, comme une naine.
[…]
— Les Français, tu sais, ils n’ont pas besoin d’expérience. Les jugements, chez eux, précèdent l’expérience. Quand nous sommes arrivés là-bas, ils n’avaient pas besoin d’information. Ils étaient déjà bien informés que le stalinisme est un mal et que l’émigration est une tragédie. Ils ne s’intéressaient pas à ce nous pensions, ils s’intéressaient à nous en tant que preuves vivantes de ce qu’ils pensaient, eux. C’est pourquoi ils étaient généreux envers nous et fiers de l’être. Quand, un jour, le communisme s’est écroulé, ils m’ont regardée, fixement, d’un regard examinateur. Et alors, quelque chose s’est gâté. Je ne me suis pas comportée comme ils s’y attendaient ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
anuanu   07 avril 2012
J'imagine l’émotion de deux êtres qui se revoient après des années. Jadis, ils se sont fréquentés et pensent donc être liés par la même expérience, par les mêmes souvenirs. Les mêmes souvenirs? C'est là que le malentendu commence : ils n'ont pas les mêmes souvenirs; tous deux gardent leurs rencontres deux ou trois petites situations, mais chacun a les siennes; leurs souvenirs ne se ressemblent pas, ne se recoupent pas; et même quantitativement, ils ne sont pas comparables : l'un se souvient de l'autre plus que celui ne se souvient de lui; d'abord parce que la capacité de mémoire diffère d'un individu à l'autre (ce qui serait encore une explication acceptable pour chacun d'eux) mais aussi (et cela est plus pénible à admettre) parce qu'ils n'ont pas, l'un pour l'autre la même importance. Quand Irena vit Joseph à l'aéroport, elle se rappelait chaque détail de leur aventure passée; Joseph ne se rappelait rien. Dès la première seconde, leur rencontre reposait sur une inégalité injuste et révoltante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jolimoisdemaijolimoisdemai   17 février 2015
Quand Skacel s'est enfermé pour trois cents ans dans la maison de tristesse, c'était parce qu'il voyait son pays englouti à jamais par l'empire de l'Est. Il se trompait. Sur l'avenir, tout le monde se trompe. L'homme ne peut être sûr que du moment présent. Mais est-ce bien vrai? Peut-il vraiment le connaître, le présent? Est-il capable de le juger? Bien sûr que non. Car comment celui qui ne connaît pas l'avenir pourrait-il comprendre le sens du présent? Si nous ne savons pas vers quel avenir le présent nous mène, comment pourrions-nous dire que ce présent est bon ou mauvais, qu'il mérite notre adhésion, notre méfiance ou notre haine?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nbocklandtnbocklandt   26 juin 2018
Le gigantesque balai invisible qui transforme, défigure, efface des paysages est au travail depuis des millénaires, mais ses mouvements, jadis lents, à peine perceptibles, se sont tellement accélérées que je me demande ; L'Odyssée, aujourd'hui, serait-elle concevable ?
Commenter  J’apprécie          190
Laura94Laura94   12 septembre 2014
Mourir; décider de mourir; c'est beaucoup plus facile pour un adolescent que pour un adulte. Quoi? La mort ne prive-t-elle pas l'adolescent d'une part d'avenir beaucoup plus grande? Certes, mais pour un jeune, l'avenir est une chose lointaine, abstraite, irréelle, à laquelle il ne croit pas vraiment.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Milan Kundera (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milan Kundera
Milan Kundera : Le roman comme exploration de l’existence (France Culture / Répliques). Diffusion sur France Culture le 06 juin 2020. Milan Kundera • Crédits : C.Helie Gallimard. Inspiration pour de nombreux lecteurs, et notamment pour d'autres écrivains, la plume de l'auteur d'origine tchèque Milan Kundera en a bouleversé plus d'un. Entretien avec Guy Scarpetta et Lakis Proguidis sur les ressorts de l’œuvre de ce grand romancier et penseur. Dans les années 1970, l'Université était en proie au démon de la théorie, comme le titre de l'ouvrage de l'écrivain Antoine Compagnon. On ne jurait que par le signifiant, le texte, la structure. On dénonçait l'illusion référentielle, on refermait l'oeuvre sur elle-même. On s'enivrait du passage de l'écriture d'une aventure à l'aventure de l'écriture. La modernité se définissait par la rupture avec la représentation. Puis arrive Milan Kundera, qui nous raconte sans ciller une histoire toute différente. L'auteur de “L'Insoutenable légèreté de l'être” (1984) se présente comme un praticien et un amoureux de l'art moderne. Il avance que la modernité, ce n'est pas la rupture, mais c'est avancer vers de nouvelles découvertes sur la route héritée. Il nous dit aussi que le roman est “un travail d'exploration de l'existence”. Afin de débattre des actualités du grand auteur d'origine tchèque, Alain Finkielkraut reçoit les écrivains Guy Scarpetta et Lakis Proguidis. Tous trois ont été profondément bouleversés par la découverte de l’œuvre de Kundera.
« Cette expérience de l'avant-garde qui avait dominé les années 1970 en était arrivée à un point d'épuisement. Kundera, pour moi, a remis les pendules à l'heure, d'une certaine façon. Il a permis d'insérer l'expérience littéraire et romanesque à la fois dans une autre histoire et dans une autre généalogie. Et d'opérer un retour de notions qu'on avait déclarées périmées auparavant, comme la représentation, le personnage, l'intrigue etc. Mais un retour qui n'était pas une simple réplique. C'était plutôt une manière de reprendre, de revivifier, de réactiver des notions qu'on avait un peu trop vite condamnées. Et ça ouvrait sur une fantastique liberté d'écriture. » Guy Scarpetta
Écrivain de romans, Milan Kundera est également l'écrivain des écrivains, tant il en a influencé, notamment avec “L'Art du roman” (1992), son grand essai sur la littérature :
« Le chemin du roman se dessine comme une histoire parallèle des Temps modernes. Si je me retourne pour l’embrasser du regard, il m’apparaît étrangement court et clos. N’est-ce pas Don Quichotte lui-même qui, après trois siècles de voyage, revient au village déguisé en arpenteur ? Il était parti, jadis, pour choisir ses aventures, et maintenant, dans ce village au-dessous du château, il n’a plus de choix, l’aventure lui est imposée : un misérable contentieux avec l’administration à propos d’une erreur dans son dossier. Après trois siècles, que s’est-il donc passé avec l’aventure, ce premier grand thème du roman ? Est-elle devenue sa propre parodie ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Que le chemin du roman se termine par un paradoxe. » Milan Kundera, “L'Art du roman”
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature tchèqueVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature tchèque (42)
autres livres classés : littérature tchèqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Milan Kundera

Presque tous les romans de Kundera comportent le même nombre de parties : quelle est la structure type de ses romans ?

3 parties
5 parties
7 parties

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Milan KunderaCréer un quiz sur ce livre

.. ..