AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021373800
Éditeur : Seuil (17/08/2017)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 152 notes)
Résumé :
En 1935, Edmond Charlot, 20 ans, ouvre une librairie à Alger avec la volonté de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée sans distinction de langue ou de religion.
En 2017, Ryad, 20 ans, étudiant à Paris, n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. De passage à Alger, il doit vider de ses livres un local, tâche qui est étrangement compliquée par la surveillance du vieil Abdallah.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  22 août 2017
Quelle joie en cette rentrée littéraire 2017 de voir publiée cette mise à l'honneur du premier éditeur et ami de jeunesse de mon "écrivain-phare", Albert Camus... par une jeune auteure...
Un moment inoubliable grâce à Kaouther Adimi, avec le très courageux éditeur algérois, Edmond Charlot... qui fit ses débuts très jeune, à vingt ans, avec un texte d'Albert Camus, et de trois camarades théâtreux, "Révolte dans les Asturies"... Lancement passionnel dans ce métier d'éditeur-libraire, grâce , entre autres, à sa rencontre enthousiaste avec la libraire parisienne, Adrienne Monnier...qui l'enchanta ! Mais des éléments non négligeables ont précédé... qui ont favorisé le terrain: un grand-père très cultivé, qui n'avait pourtant fait aucune étude, qui lui offre un exemplaire des "Croix de Bois" dédicacé par Dorgelès, un père représentant chez Hachette, qui lui rapporte des livres, la rencontre d'un professeur de philosophie qui marquera également son ami de classe, Camus.
Je voulais nommer cet enseignant spécial, Jean Grenier, qui l'encouragea vivement dans son rêve de réaliser quelque chose dans "La chose imprimée" !
Je connaissais dans les grandes lignes , le parcours humain et intellectuel exceptionnel de cet éditeur, mais grâce à ce livre et aux extraits [ imaginés ] de son carnet de bord, [ rendus d'autant plus crédibles que l'écrivaine a utilisé des sources très détaillées, publiées par Domens ] j'ai appris mille nouvelles choses, entre les anecdotes incroyables de l'univers des éditeurs, imprimeurs, les nouvelles idées qu'il a apportées [ dont un détail dans la maquette des livres fréquent aujourd'hui, sans qu'on sache que cela provient de ce "faiseur de livres": les couvertures à rabats, qui permettaient d'ajouter des éléments sur le contenu du livre, et des renseignements sur l'auteur], la période terrible de l'après-guerre où Charlot créée une annexe de ses éditions à Paris, où le papier est rarissime, et où les grands éditeurs parisiens ne se comportent pas de la plus belle façon... faisant des "coups tordus" à ce petit éditeur , de surplus algérois, qui commence à leur faire de l'ombre....
Cet ouvrage par un subterfuge astucieux, fait alterner le passé et le "tout présent". Entre les extraits du journal d'Edmond Charlot, le récit propre de l'auteure sur l'histoire douloureuse de l'Algérie, les soubresauts violents , terribles de l'Histoire entre Alger et la France , et le présent immédiat, représenté par Ryad, un jeune du même âge que Charlot lorsqu'il a débuté son métier d'éditeur, qui par contre, n'a aucun goût pour la littérature, ni pour les livres, l'auteure nous offre ainsi un tableau plus subtil de la compréhension, perception d'un pays, d'une ville, Alger, de son quotidien, de son histoire dont la "petite-grande" histoire de cette librairie, témoin engagé, vivant d'une époque ... et aussi par les anciens de la rue Hamani...ex-rue Charras, que rencontre Ryad...
Il est juste venu de France pour faire un stage à Alger [avec le piston d'un proche de son père]... et le contenu de ce dernier va être de vider la petite librairie de Charlot, "Les Vraies Richesses", tout jeter , meubles, rayonnages et Les Livres !! puis repeindre le local qui est destiné à devenir une boutique de beignets !!

Je ne peux m'empêcher de transcrire un extrait des "Mémoires barbares" de Jules Roy:
" de cette aventure, dont nous ne savions pas que nous la vivions, il reste pour moi une sorte de mirage. Charlot fut un peu notre créateur à tous, tout au moins notre médecin accoucheur. Il nous a inventés (peut-être même Camus), engendrés, façonnés, cajolés, réprimandés parfois, encouragés toujours, complimentés au-delà de ce que nous valions (...)
Nous étions les poètes les plus grands, les espoirs les plus fantastiques, nous marchions vers un avenir de légende, nous allions conférer la gloire de notre terre natale [...]
Nous fûmes son rêve. C'est là que le sort le trompa, injustement, comme se lève une tempête sur une mer calme. A la bourrasque il tint tête tant qu'il put. Je ne l'entendis jamais protester contre l'injustice ni maudire l'infortune qui l'accablait.
Par moments, il m'arrive de me demander si nous avons été assez dignes de lui. " (p. 210-211)

Du mal à quitter ce livre et surtout cet homme très attachant et brillant que fut Edmond Charlot... qui à lui tout seul... a su découvrir des talents incroyables: Camus, Roblès, Audisio, Sénac, Amrouche, Jules Roy, Mohammed Dib..., [ Que les grands éditeurs parisiens, Gallimard, le Seuil, Julliard ne reculèrent pas à "débaucher" ! ]...Il continua son existence durant , à se battre contre les épreuves les plus âpres...
"17 mai 1938
[...] Mon engagement doit être absolu. C'est ainsi que je conçois mon travail. L'écrivain doit écrire, l'éditeur doit donner vie aux livres. Je ne vois pas de limite à cette conception. La littérature est trop importante pour ne pas y consacrer tout mon temps. " (p. 76)
Merci , en tout premier à Kaouther Adimi, qui nous offre une lecture éblouissante sur un personnage admirable...L'émotion est démultipliée puisque l'auteur est née à Alger, fait revivre une figure emblématique de la ville et remet en mémoire la très douloureuse histoire de son pays.. et ...comble des belles "coïncidences"... , celle et pas des moindres rejoint la devise d'Edmond Charlot choisie à la création de sa petite librairie-édition, "lieu crée par des Jeunes, pour des jeunes !"... Il reconnaissait lui-même qu'elle était un peu prétentieuse, mais il l'a conservée !
Donc un très bel hommage très réussi , rédigé par une "jeune auteure" !....
L'ouvrage est complété par des éléments bibliographiques avec lesquels Kaouther Adimi a travaillé, avec en plus des rencontres avec "les copains de Charlot" !, les précieuses publications des éditions Domens... autour du libraire-éditeur, ouvrages que je vais aller voir de plus près... Car je n'ai acquis seulement que son catalogue d'éditeur, publié par eux... [ il y a qq années !]

[N.B.
Une petite parenthèse personnelle, car à cette lecture, les images et les souvenirs reviennent avec une grande émotion: des années durant, je commandais des ouvrages épuisés à qq libraires d'ancien de "province", dont "Le Haut Quartier" à Pézenas, où je recevais les ouvrages et les courriers de la part d'une dame, Marie-Cécile Vène... Il m'a fallu qq temps pour apprendre que c'était la librairie qu'Edmond Charlot avait recréé en revenant en France, en 1962, après le saccage absolu de sa librairie, Les "Vraies Richesses"... En 2005, l'occasion m'a été donnée d'aller découvrir ce lieu. Un moment magique de discussions, d'échanges
avec Marie-Cécile Vène, qui m'apprenait parallèlement la fort triste nouvelle du décès d'Edmond Charlot, peu avant [ 2004]... Je n'aurai pas eu le plaisir de rencontrer ce "grand Monsieur"... mais curieusement, j'aurais été parmi ses clientes fidèles... anonymes, pendant plus de quinze ans !! ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          807
palamede
  02 octobre 2017
Jules Roy a dit de lui dans ses Mémoires barbares : " ... Charlot fut un peu notre créateur à tous, tout au moins notre médecin accoucheur. Il nous a inventés ... engendrés, façonnés, cajolés, réprimandés parfois, encouragés toujours, complimentés au-delà de ce que nous valions, frottés les uns aux autres, lissés, polis, soutenus, redressés, nourris souvent, élevés, inspirés. "
Edmond Charlot, un jeune homme de vingt et un ans à peine, qui en 1935 ouvrit à Alger une librairie pour éditer, prêter et vendre les oeuvres de jeunes auteurs méditerranéens. Albert Camus, un de ses camarades de classe de Khâgne, Jules Roy, mais aussi Max-Pol Fouchet, Albert Cossery, Emmanuel Roblès, Mouloud Mammeri, et bien d'autres sont de ces écrivains qu'il publia et furent ses amis.
Éditeur de la France libre durant l'Occupation, Edmond Charlot fut, jusqu'au milieu des années 1950, l'un des personnages importants de la littérature française ; jusqu'à ce que les difficultés financières l'obligent à abandonner Les Vraies Richesses, sa chère librairie algérienne, puis, quelques années plus tard, sa maison d'édition parisienne.
Roman historique et inspiré sur le passé douloureux de l'Algérie et des Français, Nos richesses raconte, avec talent et empathie, une histoire passionnante. On y découvre un ami de la littérature, des écrivains et des livres, à travers le voyage fictionnel à Alger de Ryad - jeune stagiaire chargé en 2017 de liquider la librairie Les Vraies Richesses - et des extraits sobres et émouvants du journal d'Edmond Charlot.
Dans la vieille demeure occitane où il a fini sa vie, Edmond Charlot était devenu presque qu'aveugle, " ce qui l'attristait énormément car il ne pouvait plus lire ni écrire des lettres à ses amis. " Après sa mort, il a été incinéré et ses cendres ont été dispersées dans la Méditerranée, son " chez-lui. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
Eve-Yeshe
  27 octobre 2017
D'emblée, l'auteure prend le lecteur par la main, et guide ses pas dans les rues d'Alger, en 2017, face au soleil, passant devant les boutiques, la Casbah, l'imprégnant des couleurs, pour arriver devant ce qui fut la librairie « Les Vraies Richesses ».
Certes, la librairie n'existait plus en tant que telle depuis les années 90, reconvertie en une bibliothèque, gérée par Abdallah, un vieil homme qui veillait jalousement sur les livres. A son grand dam, elle va être vendue et transformée en commerce de beignets, tâche confiée à Ryad, jeune homme qui arrive de France pour un stage de formation qui va consister à faire place nette…
Le décor est planté et l'auteure va nous raconter l'aventure de cette librairie, bibliothèque, maison d'éditions, alternant les récits de Charlot, ses carnets précieux et l'opération de grand nettoyage de Ryad et l'Histoire.
Kaouther Adimi nous donne la liste impressionnante de tout ce dont il doit se débarrasser : des milliers de livres d'auteurs français, étrangers, en arabe, des livres pour enfants, des ouvrages scientifiques, les meubles, les photos… mais aussi les manuscrits, les correspondances précieuses avec les auteurs que Charlot a publiés…
Le simple fait de la lire m'a fait frissonner, (je dirais même crier intérieurement au scandale) car jeter un livre pour moi est un sacrilège ! Alors un tel trésor !
J'ai beaucoup aimé suivre le parcours d'Edmond Charlot (que je ne connaissais pas, je le reconnais) dans la création de sa librairie « Les vraies richesses » avec peu de moyens, beaucoup de travail et d'opiniâtreté, la manière dont il prend soin de ses auteurs comme de ses lecteurs, ou déniche de nouveaux talents, les coups bas, la censure, les difficultés à trouver du papier pendant la guerre, sans oublier sa revue « L'Arche » …
Il veut créer un espace ouvert aux lecteurs et aux écrivains de tous les pays de la Méditerranée, « gens d'ici, de cette terre, de cette mer, sans distinction de langue ou de religion ». Il soigne la présentation, la couverture, introduit le rabat où l'on peut lire le résumé du roman, sans oublier son catalogue recherché.
Certaines réflexions résonnent étrangement tant elles pourraient être énoncées de nos jours, telle celle-ci, écrite le 17 décembre 1938
« Aujourd'hui encore, des clients intéressés uniquement par les derniers prix littéraires. J'ai essayé de leur faire découvrir de nouveaux auteurs, de les inciter à acheter l'Envers et l'Endroit de Camus, mais totale indifférence. Je parle littérature, ils répondent auteurs à succès. » P 79
On rencontre des auteurs qui ne sont pas encore célèbres, Albert Camus fumant une cigarette devant la porte de la librairie, Jules Roy, Vercors, Max-Pol Fouchet, Himoud Brahimi, Kateb Yacine, Emmanuel Roblès, Saint-Exupéry
« Au fond, face à l'entrée trône un bureau en bois massif. Des photos en noir et blanc sont accrochées un peu partout. Ryad déchiffre les noms sous les portraits d'hommes dont la plupart lui sont inconnus : Albert Camus, Jules Roy, André Gide, Kateb Yacine, Mouloud Feraoun, Emmanuel Roblès, Jean Amrouche, Himoud Brahimi, Mohamed Dib… » P 48
Le personnage d'Abdallah est très intéressant aussi ; émouvant lorsqu'il surveille ce qui se passe lors de l'opération nettoyage, debout sous la pluie, revêtu d'un drap blanc, tel un linceul. Il est la mémoire vivante du lieu, et respecte les livres, même s'il ne les lit pas.
Kaouther Adimi raconte de fort belle manière l'histoire de la librairie en la mêlant à l'Histoire : celle du pays avec le centenaire de la colonisation en 1930, la seconde guerre mondiale où les Indigènes sont envoyés au combat comme les autres, et la manière dont ils sont accueillis au retour, les massacres de Setif, la Toussaint rouge, et ce qu'on appellera « les évènements d'Algérie », le mot guerre étant encore escamoté…
J'ai beaucoup aimé ce voyage dans l'Histoire et la Littérature, et la petite histoire dans la grande et l'auteure m'a donné envie d'en avoir davantage, et de découvrir plus en profondeur les auteurs algériens que je connais trop peu.
L'auteure a passé « un an à écumer les fonds d'archives », comme elle dit, pour nous offrir un roman riche et bien écrit, que j'ai eu du mal à lâcher, un de mes préférés de cette rentrée littéraire 2017.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
isabelleisapure
  06 septembre 2017
C'est à travers le regard de trois hommes que Kaouther Adimi fait revivre une minuscule librairie, serrée entre une pizzeria et un marchand de légumes dans une ruelle d'Alger.
En ouvrant « Les vraies richesses » dans les années 30, Edmond Charlot, libraire, imprimeur et éditeur a voulu partager sa folle passion pour les livres.
Au fil du temps, la librairie, devient une bibliothèque de prêt, faute d'acheteurs. Abdallah, le nouveau maître des lieux n'aime pas lire, mais les livres sont un trésor qu'il doit protéger.
En 2017, lorsque Ryad à son tour investi l'endroit, c'est pour faire le vide, débarrasser, donner où jeter les vestiges d'un temps révolu.
En découvrant par hasard cette petite échoppe, lors d'une promenade à Alger, l'auteure a été intriguée par ce lieu étrange et a fait des recherches sur son créateur Edmond Charlot.
Les carnets qu'elle a retrouvés et son imagination ont donné corps à un personnage hors du commun qui deviendra au fil des années l'ami et confident de Camus, d'Emmanuel Robles où de Jean Giono.
Dès les premières lignes, je me suis laissée envoûter par une écriture aussi élégante que précise. En nous faisant découvrir Alger l'auteure nous invite dans des ruelles baignées de soleil où le bleu du ciel rejoint celui de la mer. Tous les sens sont sollicités dans une ronde de senteurs et de sons.
Chaque personnage de cette histoire vraie, en grande partie, est brossé avec beaucoup d'application et une grande sensibilité.
L'immersion dans le monde de l'édition m'a passionnée et j'ai aimé suivre Edmond Charlot, dans ses succès mais aussi dans ses terribles moments de doute et de découragement.
Outre l'hommage au monde des livres, de l'édition et des libraires, ce livre est aussi une chronique du temps qui passe, il s'en dégage beaucoup de nostalgie.
Kaouther Adimi signe un très beau roman peuplé des fantômes de grands écrivains.
Je garderai longtemps en mémoire l'image de Saint-Exupéry, assis sur un trottoir fabriquant de petits avions en papier de chocolat pour des enfants hurlant de rire sous un soleil éclatant.
Un coup de coeur !
J'ai lu ce roman dans le cadre de l'opération lancée par Lecteurs.com "Les explorateurs de la rentrée littéraire". Merci à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Bazart
  25 août 2017
Pour valider le stage ouvrier de son école d'ingénieur, Ryad, se retrouve à Alger afin de débarrasser, nettoyer et repeindre une ancienne librairie. Mais le jeune homme va vite s'apercevoir que, beaucoup plus qu'une histoire, la librairie « Les Vraies Richesses » a une âme et les fantômes de grands écrivains habitent encore ses murs.
Ryad se plonge dans les carnets intimes du fondateur des lieus, Edmond Charlot qui à l'âge de 21 ans en 1935 devint libraire, bibliothécaire, galeriste, et éditeur. Edmond Charlot, passeur de livres, publie les premiers écrits d'Albert Camus, Jules Roy, Max-Pol Fouchet, André Gide, Federico Garcia Lorca
Editeur des plus grands, éditeur de la France libre durant l'occupation, Edmond Charlot tente, à la libération, de conquérir Paris, mais au bord de la Seine, la vie n'est pas un long fleuve tranquille pour un éditeur venu d'Alger. D'autant que les prémices de ce que l'on a appelé pudiquement les « évènements » (sacré euphémisme !) d'Algérie se font sentir.
Kaouther Adimi, en à peine deux cents pages, nous plonge dans la vie d'un quartier d'Alger aujourd'hui, mais aussi dans une émouvante reconstitution de l'activité passée d'une librairie, une histoire irrémédiablement liée à la France et à l'Algérie, deux pays amis et ennemis dans une époque charnière de l'Histoire.
Par petites touches sensibles, la romancière nous conte vie d'un homme qui a su s'engager sans se tromper, Edmond Charlot, un honnête homme pour qui la littérature était au-dessus de tout, un amoureux des livres et des mots.
« Nos Richesses » est aussi un récit de transmission et d'apprentissage, après son passage dans la petite librairie et sa rencontre avec Abdallah, le gardien du temple, Ryad ne sera plus le même, et le lecteur non plus.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410

critiques presse (8)
LaCroix   20 octobre 2017
Kaouther Adimi fait revivre dans l’Alger d’aujourd’hui une grande aventure intellectuelle de la ville au siècle dernier.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   06 octobre 2017
Dans « Nos richesses », la romancière ravive le souvenir d’Edmond Charlot (1915-2004), éditeur et libraire algérois.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse   02 octobre 2017
La jeune auteure Kaouther Adimi a écumé les fonds d'archives pour écrire ce troisième roman en lice pour les prestigieux prix Goncourt, Renaudot et Médicis.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   02 octobre 2017
En lice pour les prix Goncourt, Médicis, Renaudot et Interallié, ce roman, qui raconte l’étonnant parcours d’Edmond Charlot, l’éditeur de Camus, figure également sur la liste de nos belles surprises de la rentrée.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox   29 septembre 2017
"Nos richesses" (Seuil) est le 3e roman d'Adimi Kaouther. La jeune romancière de 31 ans y fait le récit des aventures d'Edmond Charlot, qui ouvrit dans les années 30 une librairie à Alger, où il côtoya et édita les plus grands romanciers de son temps.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   27 septembre 2017
Kaouther Adimi raconte l’histoire d’Edmond Charlot qui avait créé à Alger une librairie mythique. Et édita Camus, entre autres.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeFigaro   14 septembre 2017
Kaouther Adimi fait revivre l'aventure littéraire du libraire éditeur Edmond Charlot et de sa minuscule bou­tique baptisée Les Vraies Richesses et fréquentée par Albert Camus, ­Jules Roy, Max-Pol Fouchet, Emmanuel Roblès ou Kateb Yacine.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaPresse   07 septembre 2017
Un jeune homme retourne à Alger et doit repeindre un local autrefois occupé par la librairie Les vraies richesses, fondée par Edmond Charlot, passionné des livres et premier éditeur d'Albert Camus.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   12 décembre 2017
Au dîner, ma grand-mère m’a tendu un papier qu’elle a trouvé en faisant du tri. Elle avait un petit sourire espiègle. C’était un mot d’un ancien professeur de l’école des jésuites. Elève difficile et la tête dans les nuages. Un commentaire qui me conforte dans le projet de ne pas rentrer à l’université pour mieux me consacrer à la littérature.
Commenter  J’apprécie          10
rosulienrosulien   05 décembre 2017
– Et pourquoi est-ce que vous portez un drap sur vos épaules ?
– C’est mon linceul.
– Votre quoi ?
– Mon linceul. C’est le drap dans lequel on m’enterrera.
– C’est horrible, pourquoi est-ce que vous le trimballez comme ça sur vous tout le temps ?
– Pour ne gêner personne. Le jour où Dieu me rappellera, on pourra m’enterrer tout de suite et je ne dérangerai pas mes amis
Commenter  J’apprécie          80
rosulienrosulien   05 décembre 2017
Ah, voilà le passage que je préfère (Giono Les vraies richesses):

Ils avaient l’habitude d’attendre des ordres pour vivre. Maintenant, ils se sont décidés à vivre, humblement, de leur propre gré, sans écouter personne, et voilà que tout s’est éclairé, véritablement, comme quand on a trouvé l’allumette et la lampe, que la maison s’éclaire, qu’on sait enfin où porter la main pour trouver les choses nécessaires ; comme aussi quand l’aube s’allume dans une plus vaste habitation que la maison et qu’à l’endroit où le monde était fermé et noir sous une boue de nuit, les vallées, les fleuves, les collines et les forêts se découvrent avec toute la joie de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rosulienrosulien   05 décembre 2017
Il y a des villes, et celle-ci en fait partie, où toute compagnie est un poids. On s’y balade comme on divague, les mains dans les poches, le cœur serré.

À propos d’Alger
Commenter  J’apprécie          30
rosulienrosulien   05 décembre 2017
Il faut être seul pour se perdre et tout voir.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Kaouther Adimi (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kaouther Adimi
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 17 novembre 2017
LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES 17-11-2017
Le sel de la vie : Lettre à un ami de Françoise Héritier aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/79383-divers-litterature-le-sel-de-la-vie.html
Au Gré des jours de Françoise Héritier aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/96536-divers-litterature-au-gre-des-jours.html
Nos richesses Nos richesses de Kaouther Adimi aux éditions Seuil https://www.lagriffenoire.com/88366-divers-litterature-nos-richesses.html
Correspondance: (1944-1959) de Albert Camus et Maria Casarès aux éditions Gallimard
https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=99345&id_rubrique=341
Tu me vertiges de Florence M-forsythe aux éditions le Passeur https://www.lagriffenoire.com/75359-divers-litterature-tu-me-vertiges.html
L'Art de perdre - Prix Goncourt des lycéens 2017 de Alice Zeniter aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/90195-divers-litterature-l-art-de-perdre.html
L'amas ardent de Yamen Manai aux éditions Elyzad https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=79562&id_rubrique=338
Le Couple d'à côté de Shari Lapena et Valérie le Plouhinec aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/92906-divers-polar-le-couple-d-a-cote.html
Pas un mot de Brad Parks aux éditions Mazarine https://www.lagriffenoire.com/95446-divers-polar-pas-un-mot.html
Fin de série de Christian Rauth aux éditions de Borée https://www.lagriffenoire.com/84050-divers-polar-fin-de-serie.html
Tension extrême: Prix du Quai des orfèvres 2018 de Sylvain Forge aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/99854-divers-polar-prix-du-quai-des-orfevres-2018.html
François-Joseph et Sissi de Jean des Cars aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/98625-encyclopedie-francois-joseph-et-sissi.html
Vous pouvez commander cette sélection sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
234 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre
. .