AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072863158
288 pages
Éditeur : Gallimard (22/08/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.45/5 (sur 210 notes)
Résumé :
« Un esprit de la forêt. Voilà ce qu’elle avait vu. Elle le répéterait, encore et encore, à tous ceux qui l’interrogeaient, au père de Lucy, avec son pantalon froissé et sa chemise sale, à la police, aux habitants de la réserve, elle dirait toujours les mêmes mots, lèvres serrées, menton buté. Quand on lui demandait, avec douceur, puis d’une voix de plus en plus tendue, pressante, s’il ne s’agissait pas plutôt de Lucy – Lucy, quinze ans, blonde, un mètre soixante-ci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (83) Voir plus Ajouter une critique
colka
  29 septembre 2019
Eden, un titre qui m'a interpellée, une fois la dernière page lue.
Pas vraiment un paradis terrestre que le cadre du dernier roman de Monica Sabolo : un territoire du bout du monde, qui sans être clairement identifié, est l'un de ceux arrachés aux Amérindiens pour être livrés aux exploitations forestières qui saccagent tout sur leur passage : non seulement les forêts ancestrales mais aussi les us et coutumes des populations autochtones. L'intrigue d'ailleurs se noue autour d'un deuxième aspect fortement lié au premier : celui des violences de toutes natures faites aux femmes autochtones dans ce genre d'endroit. Et même si l'intrigue se noue autour d'une jeune blanche, Lucy, découverte nue et violée dans une forêt avoisinante, le récit d'une de ses copines, Nita, nous entraîne sur une tout autre piste...
De même que le choix du genre dominant dans lequel va s'inscrire cette
histoire : ce n'est ni un roman policier ni même un thriller psychologique.
Ce n'est sans doute pas pour rien que Monica Sabolo a choisi cet univers amérindien si loin de ses racines. Et ce qui affleurait dans Summer, le goût de l'ésotérisme, de l'occultisme resurgit plus fortement dans Eden. Comment ne pas voir dans les quatre endroits les plus présents dans le roman des lieux symboliques. La forêt proche de la réserve est un lieu inquiétant et maléfique ; le lac est à la fois un lieu de purification et de pratiques initiatiques et le bar du coin, le Hollywood est à plus d'un égard le lieu de la damnation. Comment ne pas voir non plus dans les serveuses du bar des Erinyes à la vengeance implacable !
Mais la cohabitation entre ces deux univers si loin l'un de l'autre n'est pas évidente. Et le passage entre une réalité ancrée dans l'histoire de populations autochtones spoliées de leurs droits et une autre relevant d'un monde magique où règne des forces obscures et souveraines n'est pas toujours suffisamment fluide, du moins à mes yeux. Bien sûr, il y a basculement, notamment lorsque l'intrigue va se nouer autour de la relation entre Nita la narratrice et les quatre serveuses du Hollywood. Mais c'est un peu tardif et j'aurais aimé entrer plus tôt dans une sorte de conte cruel et fantastique.
C'est sans doute ce qui explique le caractère inégal de l'écriture. de superbes passages, notamment une scène initiatique au bord du lac et un holocauste final, à la fois beau et terrifiant, en côtoient d'autres dont le caractère plat ou peu grandiloquent m'a déçue. Mais j'ai aussi retrouvé comme dans Summer cette belle capacité à faire se côtoyer sans heurt le poisseux et le merveilleux, le sublime et le pitoyable. Même plaisir avec une très belle évocation de l'adolescence avec son monde clanique, sa grande vulnérabilité face à l'image de soi, aux traumatismes, au sexe à la fois objet de désir et de peur.
Pour clore ce billet, je suis tentée de dire que Monica Sabolo est en quête d'un univers romanesque encore un peu mouvant mais qui se précise de mieux en mieux...
Je remercie les éditions Gallimard et Babelio pour le cadeau de ce livre dans une opération Mass critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
berni_29
  09 novembre 2019
Et si je vous parlais d'Éden, dernier roman de Monica Sabolo ?
Nous sommes ici dans un endroit reculé du monde. On pourrait penser à l'Amérique profonde, une terre ancienne, celle des Amérindiens, ceux qui furent traqués, exterminés, ceux qui ont survécus, cohabitent avec les lois des autres, parfois avec leurs propres lois aussi, celles d'une réserve qu'on devine se situer dans une contrée nord-américaine.
Nous sommes à la lisière de la forêt, une forêt menacée de destruction, nous sommes à la lisière des vies, comme l'adolescence est à la lisière du monde adulte.
Dans ce roman envoûtant, sombre et mystérieux où il est justement question d'adolescence, j'ai adoré l'idée d'un monde invisible, souterrain. Nous sommes à la lisière d'un autre monde, presque fantastique.
Il y a le personnage de Nita, autochtone, la narratrice. Il y a le personnage énigmatique de Lucy, elle est blanche, venue de la ville. Elles ont quinze ans. Peu à peu entrent en scène d'autres personnages autochtones, des garçons, des filles du même âge, qui se fréquentent au lycée, la violence est à fleur de peau. Excessive et maladroite.
C'est peut-être simplement la douloureuse expérience de l'adolescence dans un lieu où se concentrent des forces telluriques qui semblent leur échapper.
Pour Nita, la forêt est ce monde hérité de ses ancêtres que les hommes de la société d'exploitation forestière aujourd'hui abîment et dévastent. Le bruit des tronçonneuses se rapproche inexorablement.
Un jour, Lucy disparaît, puis réapparaît quelques temps plus tard dans des circonstances mystérieuses...
On pourrait presque sentir le cœur de la forêt battre entre les pages. Un cœur qui souffre sous la voûte des feuillages. J'adore venir marcher en forêt, capter des sensations qui m'aident souvent à me ressourcer, trouver d'autres respirations. La forêt est pour moi comme un refuge, un endroit secret où l'on peut dissimuler ses rêves, apaiser une âme, reprendre pied dans une vie parfois trop bruyante... Mais la forêt que nous propose Monica Sabolo est oppressante, à la limite de l'asphyxie. C'est un monde beau, sauvage, vénéneux, capable d'accueillir des rites initiatiques d'un autre âge...
J'ai été peu séduit par l'intrigue qui sous-tend le récit. Au premier abord, tout semble en effet tendu comme la flèche d'un arc qui file vers sa destinée fatale. Et l'on sent tout cela venir avec évidence. Mais ce n'est pas la force de ce roman.
De même, certaines cérémonies cathartiques, ressemblant à des sortes de bacchanales, m'ont laissé une impression de déjà vu, m'évoquant parfois l'atmosphère d'un livre comme le Maître des illusions...
En revanche, je me suis laissé emporter par l'incandescence des mots et l'ambiance onirique, sulfureuse, fascinante, proche du vertige, que ces mots suscitent.
Parfois, au détour d'une phrase, je sentais le sol de la forêt se dérober sous mes doigts, s'ouvrir alors sur un enchevêtrement de racines emmêlées sans fin.
Je fermais les yeux. L'odeur enivrante des cèdres et des pins venait alors jusqu'à moi, parmi les stridulations des insectes et l'immensité du ciel nocturne. C'était comme un instant en apesanteur. Je retrouvais alors mes pas et mes errances si essentielles dans la forêt...
Et puis brusquement, une longue plainte remontait du tréfonds de la terre. Sans doute la plainte d'une forêt mutilée et qui a mal. Sans doute aussi la plainte d'une voix humaine... Alors je reprenais le court du récit.
Et puis surtout, il faut regarder ce livre comme une allégorie, une invitation à porter un regard sans concession sur la domination masculine.
Monica Sabolo le fait de manière onirique, à travers ce récit gothique qui s'apparente à certains moment à un conte, un conte des temps modernes.
La forêt devient alors un personnage à part entière du roman. Elle incarne une nature à la fois puissante et fragile qui fait corps avec les personnages féminins du récit, dans un harmonie proche de la fusion.
Certains personnages comme celui de Kishi sont très attachants, magnifiquement dépeints dans des blessures presque désespérées, mais qui ne renoncent jamais à leurs colères.
Parfois les personnages du roman sont comme reliés les uns aux autres par des fils invisibles.
Parfois d'autres personnages qu'eux, plus sombres et fragiles, se glissent à l'intérieur de leurs peaux.
J'ai trouvé originale cette manière de l'auteure d'explorer les douloureuses métamorphoses de l'adolescence, de dénoncer la domination masculine, de le déployer dans une fable écologique, sensuelle et violente, proche du fantastique.
Il y a des promenades en forêt qui ne sont pas toujours de tout repos...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
si-bemol
  19 mars 2020
Comme dans un conte de fées, inquiétante et pleine de secrets, la forêt, “immense bouche plus sombre que le nuit”, sert d'arrière-plan scénique au dernier roman de Monica Sabolo, "Eden". C'est un lieu de mystère et de fantasmes où s'affairent, à l'abri des regards, les esprits et les forces occultes, c'est l'espace des terreurs enfantines comme des paradis perdus et le théâtre, par excellence, de l'initiation, des métamorphoses et des disparitions mystérieuses. Et c'est là qu'est un jour retrouvée la jeune Lucy, nue, agressée, violée et totalement traumatisée.
Dans ce coin perdu et jamais nommé de l'Amérique profonde où coexistent difficilement la communauté blanche et - parquée dans une réserve - celle des Amérindiens spoliés de leur mémoire, de leurs traditions et de leurs terres, va alors s'exercer une vengeance collective implacable, primitive et démente.
Avec ce dernier roman qui multiplie les thèmes et joue avec les symboles, Monica Sabolo nous parle de l'adolescence (avec ses rites, ses clans, son besoin d'appartenance, ses émotions ambiguës et son exaltation potentiellement suicidaire), du monde et de la spiritualité des “nativ people”, de la déforestation éhontée, de la sexualité masculine dominatrice, violente et débridée, et de la possible révolte des femmes. Ce sont des sujets dans l'air du temps et souvent repris, actuellement, par la littérature.
Mais le manque de subtilité avec laquelle ils sont ici traités, l'inconsistance des personnages à la psychologie à peine esquissée et l'outrance de cette histoire qui traîne en longueur, où tout, à mes yeux, sonne faux et à laquelle je n'ai pas réussi à croire m'ont rendu cette lecture, de plus en plus agacée au fil des pages, profondément ennuyeuse et lassante. de Monica Sabolo, j'avais lu et apprécié “Summer”. Avec "Eden", le rendez-vous est, pour moi, totalement manqué.
[Challenge Multi-Défis 2020]
[Challenge Plumes féminines 2020]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          498
lucia-lilas
  11 octobre 2019
Bon, une rentrée littéraire en demi-teinte pour moi cette année : autant le dire, rares sont les romans dont j'ai dépassé la vingtième page. Je me suis forcée à finir ceux pour lesquels j'étais engagée dans un prix littéraire.
Pour les autres, j'ai abandonné.
Et je ne dis pas ça comme ça, non ! Jusqu'à présent, je ne pouvais me résoudre à lâcher un livre. J'allais jusqu'au bout. Coûte que coûte.
Mais maintenant, c'est terminé.
Parce que j'en ai tout simplement assez de lire des romans qui ne sont pas écrits, des textes sans aucun style que l'on essaie de nous vendre comme de purs chefs-d'oeuvre alors qu'ils ne valent rien d'un point de vue littéraire ou pas grand-chose. Je ne veux plus perdre mon temps avec les romans dont on parle, qui font le buzz ici ou là et que l'on oubliera bien vite. Comme disait Tardieu, « je suis vieille et j'suis pressée, laissez-moi passer... » Alors, que faire ? Retourner aux classiques ? Oui bien sûr ! Je me dis régulièrement qu'il faut que je me replonge dans "La Recherche" ou "Madame Bovary". Et puis, attendez, je n'ai toujours pas lu « Moby Dick » ni « L'homme qui rit ». Et pourtant, je suis bien persuadée qu'il y a eu quelques parutions intéressantes en cette rentrée mais j'ai dû passer à côté… Bon, je n'ai pas encore ouvert « Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon » de Jean-Paul Dubois ni « Le Ghetto intérieur » de Santiago H. Amigorena. Et j'en attends beaucoup… Pour le moment je suis dans « Francis Rissin » de Martin Mongin : l'écriture ne me convainc pas vraiment mais j'aime le ton. Bref, celui-là, je ne l'ai pas encore lâché…
Tout ça pour vous dire deux mots de mes deux dernières lectures « complètes » : commençons par « Eden » de Monica Sabolo. Franchement, et pour dire les choses telles qu'elles sont, j'ai eu la très désagréable impression de lire 275 fois la même page. Les personnages sont inconsistants au possible (je les ai confondus tout le long du roman), l'intrigue complètement tirée par les cheveux (et déjà lue ici et là), les descriptions d'une platitude absolue (c'est impressionnant!)… Tout cela sonne faux, creux… On met dans la casserole un petit mélange de choses qui plaisent : de beaux ados mal dans leur peau, deux trois légendes amérindiennes (décidément, très à la mode les Amérindiens...), la forêt qu'on massacre, des disparitions, de l'ennui, de l'alcool, le tout saupoudré de mots magiques comme « mystérieux », « autre dimension », « chemin spirituel », « éblouissement passager »… Et l'on secoue … le résultat ? le « roman envoûtant » décrit sur la 4e de couv ? Non ! Des pages que l'on tourne sans que rien n'accroche vraiment et que l'on oublie à peine le livre refermé… du moins en ce qui me concerne...
Pour filer ma métaphore culinaire, je vais passer à « Mur Méditerranée » de Louis-Philippe Dalembert. Voilà un texte honnête (sans qu'il y ait véritablement d'écriture, n'en demandons pas trop!), on a même l'impression que tous les « ingrédients » de départ étaient plutôt bons mais au final, le résultat est décevant : on ne s'attache pas aux personnages (je n'ai pas été émue une seule fois, moi qui pleure pour un rien...) et ce, sur un sujet grave, terrible, celui des migrants !
Je pense d'ailleurs que la documentation assez importante dont disposait l'auteur a alourdi le propos et pesé sur la construction du roman , trop didactique pour finir. En dire beaucoup sur un événement, prétendre à une certaine exhaustivité donne rarement lieu à une oeuvre réussie. Sans doute vaut-il mieux faire des choix pour proposer un point de vue nouveau, original.
Je persiste à penser qu'une véritable oeuvre littéraire est une vision PERSONNELLE, INTIME du monde, une façon bien particulière de percevoir, d'appréhender, de vivre ce qui nous entoure.
On m'accusera d'avoir une vision trop romantique de la création mais je crois qu'écrire doit relever d'une nécessité, rester un acte viscéral, vital même. On ne crée pas sur commande. L'auteur ne doit pas chercher un sujet. Il doit le porter en lui depuis des années. Il doit vivre avec ce fardeau jusqu'au jour où, le trouvant trop lourd, il ne peut faire autrement que de le traduire en mots. Et généralement, cela ne se fait pas dans le bonheur, car écrire est un exercice difficile et exigeant.
Et je crains que ce soit ce qui manque à beaucoup d'écrivains actuellement : écrire pour supporter encore un peu la vie, écrire pour ne pas mourir...
Tant mieux pour eux, me direz-vous…
Oui, mais alors tant pis pour nous...
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
Patsales
  26 septembre 2019
Sur cette terre lointaine jamais nommée, les hommes massacrent allègrement la nature, nient les cultures indigènes et violent impunément. Ouh là ! Un tel résumé inquiète et annonce un roman résolument too much garanti balance ton porc occidental ; oui mais c'est Monica Sabolo qui tient la plume et, comme d'habitude, elle entraîne ses lecteurs au-delà des apparences, dans un monde moins proche de l'Amérique du Nord que de la vaste terra incognita que représente l'adolescence.
Comme la terre des Indiens est grignotée -violentée serait plus juste- par les pelleteuses des Blancs, le monde de l'enfance s'éloigne inexorablement et, des bois, refuges terrifiants, sourd l'angoisse du sexe et du manque d'amour. La force du livre tient à ce récit d'une double violence: celle, objective, de la domination du mâle blanc, et celle, subjective, d'une révolution intérieure, la mise à mort de l'enfance.
J'ai néanmoins ressenti comme un abus de mystères qui embrume un peu beaucoup le texte, encore souligné par les annonces tonitruantes de la fin (« Il est étrange de réaliser qu'avant que nos vies basculent pour toujours, rien ne l'annonce » dit la narratrice, alors que le lecteur est dûment invité à considérer qu'il va se passer un truc de ouf). Malheureusement, l'apocalypse finale, ni crédible ni onirique, déçoit, amenée moins par une nécessité organique que par le métier de l'auteur décidé à en donner pour son argent à son lecteur.
Moralité: c'est bien, mais ce n'est pas « Summer ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331


critiques presse (6)
Culturebox   16 décembre 2019
Conte des temps moderne, Eden flirte avec le thriller pour décrire de l’intérieur la difficulté mais plus encore la violence du passage de l’adolescence à l’âge adulte.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaCroix   24 octobre 2019
Dans Éden, roman sombre et fantastique, Monica Sabolo explore les douloureuses métamorphoses de l’adolescence.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   05 septembre 2019
Sans doute pourrait-on présenter cet Eden superbement mystérieux comme un roman « éco-féministe », évoquant de nombreuses formes de domination. Cela serait vrai, mais ne dirait pas grand-chose de son charme puissant, de la force des images que fait surgir Monica Sabolo, ni de la poésie avec laquelle elle accompagne l’affranchissement d’une poignée de jeunes femmes.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Elle   04 septembre 2019
Avec compassion et douceur pour ses jeunes héroïnes, Monica Sabolo signe un sensationnel conte des temps modernes sur la domination masculine.
Lire la critique sur le site : Elle
Bibliobs   26 août 2019
De cette immersion en terre animiste où la nature est un personnage à part entière, fascinant et menaçant, Monica Sabolo tire un conte fabuleux et cruel où la sauvagerie des hommes soulève le vent mauvais de la vengeance des femmes.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox   23 août 2019
Prix de Flore pour Tout cela n'a rien à voir avec moi (éditions Jean-Claude Lattès, 2013), Monica Sabolo revient avec un roman envoûtant, dans la veine de ses précédents écrits, sur les thèmes de la nature et de l'adolescence.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (110) Voir plus Ajouter une citation
colkacolka   29 septembre 2019
Que savons-nous des êtres qui sont partis ? Que savons-vous de leurs pensées, de leurs peines ? Peut-être volent-elles vers nous, cherchant à nous atteindre ? Peut-être sont-ils juste là, à côté de nous. Ils nous parlent, ils approchent leurs visages, ils nous enlacent, et peut-être prononçons-nous les mots que nous n'avons pas osé leur dire, que nous tenons prisonniers dans nos coeurs mais qui la nuit nous échappent, se déversant dans leur coeur. Peut-être la nuit est-elle traversée de nos émotions les plus secrètes, qu'elles se percutent, qu'elles s'embrassent. Peut-être que notre courage, nos espoirs, nos fois absurdes, proviennent des phrases que l'on nous a murmurées dans l'obscurité, de cette douceur dont il ne reste, au matin, qu'une pulsation, juste une envie de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
NievaNieva   05 septembre 2019
Un après-midi d’avril, j’étais entrée dans la forêt, là où j’avais vu Lucy s’engouffrer à plusieurs reprises. Je pénétrai dans une pénombre fraîche et odorante, avec la sensation d’entrer à l’intérieur même de ma mémoire. Des flaques de neige s’étendaient çà et là, constellées de traces minuscules. Je nous revoyais, mon père et moi, agenouillés, si près de la neige que nous pouvions l’entendre crépiter. Nous observions les empreintes des animaux, des lignes en pointillé révélant la trajectoire d’un oiseau sautillant, d’un lièvre ou d’un daim, et il était merveilleux d’imaginer qu’à cet endroit où ne régnait désormais qu’une immobilité silencieuse il y avait eu une autre vie, sauvage, et que peut-être, à cet instant, des bêtes braquaient leurs yeux opaques sur nous, qu’elles étaient là, dans les feuillages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MariloupMariloup   13 juillet 2020
Que savons-nous des êtres qui sont partis? Que savons-nous de leurs pensées, de leurs peines? Peut-être sont-ils juste là, à côté de nous. Ils nous parlent, ils approchent leurs visages, ils nous enlacent, et peut-être prononçons-nous les mots que nous n'avons pas osé leur dire, que nous tenons prisonniers dans nos coeurs mais qui, la nuit, nous échappent, se déversant dans leur coeur. Peut-être la nuit, est-elle traversée de nos émotions les plus secrètes, qu'elles se percutent, qu'elles s'embrassent. Peut-être que notre courage, nos espoirs, nos fois absurdes proviennent des phrases que l'on nous a murmurées dans l'obscurité, de cette douceur dont il ne reste, au matin, qu'une pulsation, juste une envie de vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colkacolka   29 septembre 2019
Nos vies se déroulent, en apparence hasardeuses, chaotiques ou monotones, nous sommes penchés sur un ouvrage, nous brodons un coussin blanc, des jours, des semaines, une existence entière, une répétition morne et dénuée de sens, mais soudain, alors que nous n'en avons aucune conscience, absorbés par le point de croix, apparaît un motif à celui qui regarde, une tête de cheval, un village sous la neige, une femme nue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart   25 octobre 2019
"Les filles riaient en passant des sticks de baume sur leurs lèvres ou mettaient leurs mains en visière pour regarder dans le lointain des explosions mystérieuses qui illumineraient l'horizon de lueurs roses synthétique"
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Monica Sabolo (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monica Sabolo
Anne Pauly, lauréate du Prix Summer 2020 pour son livre "Avant que j'oublie", rejoint Monica Sabolo (lauréate 2018) et Tiffany Tavernier (lauréate 2019) au palmarès du Prix Summer.
Depuis 3 ans, l'association Lire à Bron et la Fête du Livre de Bron proposent aux lecteurs des médiathèques et bibliothèques de la Métropole de Lyon de participer au Prix Summer. Pour la 3ème édition du Prix, ce sont 627 lecteurs/jurés inscrits dans 41 médiathèques du territoire métropolitain qui ont relevé le défi pour l'édition 2020.
Le Prix Summer 2020 a été remis vendredi 14 février 2020 à Anne Pauly lors de la Table Ronde dédiée au prix, en présence de Julia Deck, Hélène Gaudy, Vincent Message et Sylvain Prudhomme, les 4 autres auteurs sélectionnés pour cette édition. Anne Pauly a reçu son Prix des mains des équipes partenaires de la Métropole de Lyon et de la Ville de Bron, devant une salle comble.
En partenariat avec la Métropole de Lyon.
Toutes les infos sur le Prix Summer : https://www.fetedulivredebron.com/evenements-actions/prix-litteraire
©Garage Production
+ Lire la suite
autres livres classés : forêtsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Monica Sabolo

Dans quelle ville Monica Sabolo voit-elle le jour?

Paris (France)
Buenos Aires (Argentine)
Lugano (Suisse)
Milan (Italie)

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Monica SaboloCréer un quiz sur ce livre

.. ..