AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

René de Ceccatty (Traducteur)
EAN : 9782070420735
154 pages
Éditeur : Gallimard (28/11/2001)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 124 notes)
Résumé :
« Ce sont les premières heures de ma présence en Inde, et je ne sais pas dominer la bête assoiffée, en moi emprisonnée, comme en cage. Je persuade Moravia de faire du moins quelques pas près de l'hôtel et de respirer quelques bouffées de cet air, d'une première nuit en Inde... » En 1961, Pasolini fit un voyage avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Le livre intensément lyrique qu'il en rapporta n'est pas vraiment un récit, mais une « odeur » respirée au cours de ses ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  02 octobre 2017
1962 Pasolini en Inde …..
Personnellement , je pense que c'est un texte court à lire absolument .
Le style est incroyable , c'est une immersion multi-sensorielle de chaque instant.
Je connais bien l'Hindoustan et j'ai un rapport intime avec ce pays .Je suis familier des bidonvilles coquets , des temples bondés , des rivières sacrées qui sont de véritables cloaques certains jours .
Et aussi des quartiers riches ou pauvres et les odeurs , les bonnes et les mauvaises , très mauvaises ou très bonnes .
Les trains bondés où l'on voyage 10 heures debout en n'allant pas aux toilettes , car faire 5 mètres est impossible … je connais bien
La gentillesse intense des gens qui n'a pour limite que le mépris unanime pour celui qui perd son calme .
Les foules omniprésentes où l'on se sent bien , portés par le courant . Les foules inquiétantes aussi car on sait qu'elles peuvent se transformer en un être collectif vengeur et diabolique.
L'inde terrible et attachante décrite par Pasolini n'est pas encore défunte , si vous aimez l'inde et que vous n'êtes pas nés avec une cuillère en argent , vous le savez .
Vous le savez , et partout si vous avez des yeux , vous voyez cette Inde tragique , souriante , épuisée mais d'une force redoutable .
L'inde a changé certes , les tours de Mumbai , la majesté grandiose de New Delhi , les supermarchés de Pune …..
Mais bon , si vous trainez dans les gares bondées , les banlieues , les campagnes et les villes moyennes ou les gros bourgs , vous verrez des gens sans jambes ou sans bras trainer des sacs gros comme eux ( avec leurs moignons et leur dents ) pour gagner leur pitance.
Vous verrez des enfants qui mendient toujours pour se payer des bonbons ou pour courir apporter un chappatti à leurs parents . Si vous êtes généreux vous savourerez aussi le sourire attendrit des témoins de votre générosité .
Il y des vaches dans les gares assez souvent , elles aiment les plages aussi et le farnienté , un peu partout …
La densité humaine ressentie est toujours la même . Et les rivières sont pour les plus petites , souvent constituées d'ordures autant que d'eau . le Gange à Bénarès m'a une fois empoisonné les narines et raclé la gorge et je me suis assis dans la rue épuisé et assailli par un capharnaüm sidérant et affable .
Les temples fourmillent de questions et accueillent ceux qui sont curieux et patients , la cuisine de rue est toujours aussi savoureuse que dangereuse , la culture est d'une richesse inépuisable .
L'inde est avide de contacts mais elle ne se donne pas facilement , elle est même souvent indifférente à vous si elle ignore que vous l'aimez .
Pasolini a senti le coeur de l'Hindoustan pulser , l'inde a vibré pour lui car il est allé à sa rencontre . Il s'en est trouvé un peu hagard et courtoisement révulsé , indigné et révolté .
Ce n'est pour autant que son texte qui est d'une « immersivité « hallucinante de présence , serrait faux , animé par un tropisme volontaire et une démarche vindicative ou malhonnête .
Il n'a pas tout compris , certainement , parce que l'on trouve d'abord en inde , plus que partout ailleurs , ce que l'on y amène .
Un texte , dur , abrasif même , mais jamais méchant .
Depuis quand l'Inde est simple ? et depuis quand les gens ne la quitte plus en étant persuadé qu'ils ont tout compris ?
La vérité , c'est que beaucoup de gens y font soit un stage de « Mogolisation » , soit ils se persuadent qu'ils ont annihilés leur ego à Rishikesh , alors qu'ils le trainent encore , comme de grosses valoches , derrière eux , jusque leur pénates …
Ceux-là possiblement , ne retrouveront pas l'inde ( leur vraie Inde ) dans ce texte . Personnellement , cette Inde de Pasolini , je la connais . je la fréquente et je l'aime et c'est vrai qu'elle est vicieuse , dangereuse et effrayante de milles manières .
Elle est tout cela l'Inde , jusque le moment magique où elle vous adopte , et là encore , il faut rester sur ses gardes , car il vaut mieux qu'elle vous aime et qu'elle éprouve du respect pour vous .
L'inde est fabuleuse non pas seulement de par ses richesses multiples et foisonnantes . Elle l'est parce que elle exige de vous d'être courageux et humble .
Ne venez pas me dire ceci ou cela , sinon je vous demanderais de faire avec moi une ballade dans la nuit en plein Bombay , pour couler un bronze (eh bien oui ont n'a souvent pas les toilettes ) et si vraiment vous n'êtes pas sage , alors là , on ira couler notre bronze sur les vois ferrées de Bombay en compagnie de nombreuses autres personnes affables , sous les regards désabusés , des passagers des trains constamment bondés aux heures de pointe , enfin bondé , c'est un euphémisme pour dire , plein au-delàs de tout entendement .
Je vous promet pas un seul touriste à la ronde ….
Mais ne vous y trompez pas l'Inde est merveilleuse .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6617
Macabea
  03 octobre 2019
En 1961, Moravia et Pasolini font ensemble un voyage: l'expérience de l'Inde. Deux sensibilités, un voyage, deux récits. Moravia publie chez Bompiani, L'idée de l'Inde, un livre admirable, récit dépassionné, écrit à froid, désabusé, mais pas insensible. L'Inde le bouleverse, l'afflige: le laisse perplexe, sans voix. Nos outils épistémiques habituels deviennent soudain futiles, inopérants. Le filet sécurisant de nos théories explicatives est rompu, on n'est plus soutenu par rien. Rien ne nous protège contre la laideur et la misère, contre l'arbitraire de la souffrance. Nous sommes face à face avec nos propres frayeurs et nos fragilités. Bannis de notre réconfortante zone de confort, nous sommes nus et désarmés - lâchés dans l'arène aux lions - dans l'effroi confondant et inexprimable de la misère sociale. le récit de Moravia exprime ce malaise. Il fait un effort soutenu, parfois inutile, de trouver un sens, cherchant à reconstituer le contexte, qui le permettra de surmonter, d'amoindrir l'impact de ce voyage, épreuve, qui sans doute est aussi pour lui une remise en question de ses principes, de son mode de vie et de son métier. On ne revient pas indemne de l'Inde, où le réel est tout sauf rationnel et où, la rationalité est peu de chose face à la réalité. L'effort de penser est peut-être une ultime tentative de contrôle. Pasolini dépasse ce dilemme, ne se laisse pas prendre au jeu desséchant de l'intellect. Chez lui, l'empathie a le dernier mot. Il sait que la compassion et la tendresse seuls peuvent faire des miracles. Mais au-delà des différences, les récits se croisent et se complètent: les deux amis ne sont pas indifférents à ces cohues de gueux et de quémandeurs, d'enfants et de femmes, qui ne leur tendent même pas la main et, que même en ignorant leur langue, ils comprennent. Mais des deux, Pasolini est encore le plus touchant, parce qu'il se laisse toucher. Plus vulnérable et plus affectueux aussi. Il s'expose plus, se protège moins, tout en gardant une candeur et une confiance indéfectibles. "Rien n'est plus violent que la douceur", écrivait Nicolas de Staël. Il en est question justement dans L'odeur de l'Inde: une douceur qui se laisse contaminer par la pitié et qui vite devient insoutenable. Un grand livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
SophiePatchouli
  09 mai 2015
L'Inde est sans conteste le pays des paradoxes, les vaches sacrées y mangent du carton, les montagnes et fleuves sacrés y sont extrêmement pollués, la nourriture y est infiniment sucrée ou infiniment pimentée, les gens chatoient de couleurs ou bien revêtent la grisaille de la misère... Il en va de même des odeurs qui peuvent être dans le même temps enchanteresses ou nauséabondes. J'ai pourtant senti que Pasolini n'a vu l'Inde que d'un œil, ou senti l'Inde que d'une narine tant il focalise son récit sur la puanteur et la noirceur d'un pays pourtant si riche... Sans doute a-t-il été trop bouleversé et n'a-t-il pas suffisamment pris le temps de découvrir une terre pleine de surprise...
Son style demeure néanmoins puissant, et si je ne partage pas son ressenti, Pasolini nous livre un texte savamment écrit... qui nous plonge dans "son" Inde
Commenter  J’apprécie          171
miriam
  14 décembre 2011
C'est le livre jumeau de celui de Moravia.
Invités à une commémorataion du poète Tagore en 1961, Pasolini, Moravia font une traversée de l'Inde. de Bombay à Calcutta, Cochin à Delhi et Bénarès.
Récit lyrique, carnet de voyage. "L'Odeur de l'Inde" diffère d'Une certaine idée de L'Inde" de Moravia.
Moravia analyse, presque froidement, tandis que Pasolini se laisse emporter par son humeur vagabonde, Pasolini est un piéton des villes. Il déambule dans les quartiers mal famés du port de Bombay, dans les rues de Delhi et de Bénarès, accueillant chaque rencontre de hasard.
Pour Pasolini, chaque passant, chaque mendiant, ou enfant est une personne dont il nous livre le nom et l'histoire. Il s'attache à un enfant Revi à qui il procure un abri, nous fait connaître la douceur de Sardar et Sundar qu'il compare aux jeunes calabrais venus chercher fortune à Milan, Et Mutil Lal, un brahmane, un "bourgeois" éduqué mais qui dort comme ses camarades sur le trottoir.....
C'est plus qu'un recueil d'anecdotes. Pasolini nous livre aussi des reflexions plus sociologiques, il s'oppose à Moravia qui voit de la religion partout en Inde. Plus critique vis à vis de Nehru aussi. Mais tous deux sont révoltés par le système des castes inacceptable pour un Européen. ,
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Isa0409
  08 décembre 2020
* Pier Paolo Pasolini est un auteur, philosophie, poète et journaliste italien, né en 1922, et considéré comme l'un des plus grands intellectuels de son époque. Décadent, homosexuel, outrageux et révolté, sa vie est un amas de scandales et de provocations, aussi fous que l'est son génie. En 1975, il est froidement assassiné sur une plage par un jeune roumain, et encore aujourd'hui, les raisons de sa mort restent un mystère.
* Ici, Pasolini raconte son voyage en Inde avec ses camarades Alberto Moravia et Elsa Morante. Plus que tout, c'est l'odeur de l'Inde qui le marque et qui constitue ce récit : une odeur de rue, de corps qui dorment à même le sol, l'odeur du Gange noyé de ses morts et dans lesquels se lavent les vivants, symbole suprême de l'ambivalence du pays, alors sous l'influence des Britanniques.
* Mais l'Inde ce sont aussi des jeunes hommes, leur peau brune et leurs sourires éblouissants, une sorte de foi inaltérable, une joie indéfectible. le sourire comme étendard de l'optimisme, du changement possible. L'Inde est multiple, complexe, les religions s'y mêlent, les castes aussi ; ancrés au plus profond de ce qui la définit, saura-t-elle surpasser cette essence dans laquelle elle est engluée ? Il semblerait que non.
* L'un des passages qui m'a le plus marquée est celui sur la manière indienne de dire « oui », décrite par l'auteur. Pas un hochement horizontal, ni même vertical ; un dodelinement, qui pourrait dire oui comme il pourrait dire non, une sorte de résilience intrinsèque. La métaphore d'un peuple aux mille visages, aux mille richesses, englouti par sa misère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
lanardlanard   30 mars 2021
C'est dans cette puissante odeur que Muti Lal nous suivait, avec humilité et angoisse. Tout Indien est un mendiant, même ceux qui ne le font pas par profession, si l'occasion se présente à eux, ne renoncent pas à essayer de tendre la main.
Notre hôtel se dressait au fond d'un pré trop vert, et poussiéreux, avec la solennité sinistre d'une établissement de soins.
Moravia, quand il eut achevé la petite promenade hygiénique qu'il s'était concédée au milieu de la "gueuserie", sans hésiter un instant, se dirigea vers l'hôtel, malgré la perspective désespérée de cette chambre énorme, garnie de meubles désolés, avec sa moustiquaire grisâtre et ses cafards morts dans la salle de bains.
Je préférai m'arrêter à l'entrée, sur cette avenue de banlieue qui avait l'apparence d'une avenue européenne. Je regardai Muti Lal qui ne cessait de sourire douloureusement, et je lui adressai la parole. Nous nous présentâmes, et il me révéla aussitôt tout de sa vie, comme font les garçons du monde entier. Il venait de Patyali, dans la province d'Eata, où il avait sa famille. Il travaillait à Gwalior, dans un magasin, comme employé. Il dormait, avec quelque-uns de ses camarades, sur le trottoir. C'était un brahmane, comme la désinence de son nom me l'avait fait comprendre. Il avait la peau claire, presque blanche, et ses traits étaient ceux, un peu incertains et délicats, d'un garçon bourgeois européen. Il savait, en effet, lire et écrire, et, même, devait avoir également fréquenté une high school : son visage s'illumina entièrement quand il sut que j'étais journaliste, il voulut savoir le nom du journal pour lequel j'écrivais mes articles sur l'Inde et il me demanda, avec inquiétude, si j'écrirais aussi l' "histoire" de notre soirée. C'était, donc, un bourgeois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
lanardlanard   30 mars 2021
Je disais, au début, pour ces raisons, qu'entre l'Inde des castes et son leader éduqué à Cambridge la différence confinait presque au gouffre. Et pourtant, et pourtant... même dans les pinaillages les plus légalistes de Nehru, dans sa défense pointilleuse et presque maniaque du système parlementaire, il reste quelque chose de cette codification paralysante, qui est typique de tous les indiens. On se rend bien compte que la grammaire parlementaire britannique a été assimilée par une personne qui avait d'autres habitudes grammaticales. En effet, quiconque est autochtone en sa propre grammaire est capable, si c'est nécessaire, de transgressions, d'exceptions et d'innovations, même scandaleuses, qui sont pourtant la vie de cette grammaire institutionnelle tandis que quiconque est alloglotte par rapport à cette grammaire, n'osera jamais affronter de transgressions ni tenter d'innovations. Son obéissance à la norme sera servile, fût-ce au point de rejoindre le sublime, comme il me semble dans le cas de Nehru. C'est pour cela qu'en visitant l'Inde, j'éprouvai à l'égard de son leader, par ailleurs adorable, des mouvements de rages, qui n'étaient pas rares...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
nadejdanadejda   18 août 2013
La vie, en Inde, a toutes les caractéristiques de l'insupportable : on ne sait pas comment on fait pour résister, en mangeant une poignée de riz sale, en buvant une eau immonde, sous la menace continuelle du choléra, du typhus, de la variole, et même de la peste, en dormant par terre, ou dans des habitations atroces. Tous les réveils, le matin, doivent être des cauchemars. Et pourtant, les Indiens se lèvent, avec le soleil, résignés, et, avec résignation, ils se trouvent une occupation : c'est une errance, à vide, durant tout le jour, un peu comme on en voit à Naples, mais ici, avec des effets incomparablement plus misérables. Il est vrai que les indiens ne sont jamais joyeux : ils sourient souvent, c'est vrai, mais ce sont des sourires de douceur, non de gaieté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
enkidu_enkidu_   12 janvier 2018
En Inde l’atmosphère est favorable à la religiosité, comme le confirment les rapports les plus banals. Mais, à mes yeux, cela n’implique pas que les Indiens soient vraiment préoccupés par de sérieux problèmes religieux. Certaines de leurs formes de religiosité sont forcées, typiquement médiévales : aliénations dues à l’épouvantable situation économique et hygiénique du pays, véritables névroses mystiques, qui rappellent celles qui eurent lie en Europe, au Moyen Âge, précisément, et qui peuvent frapper des individus ou des communautés entières. Mais plus qu’une religiosité spécifique (celle qui produit les phénomènes mystiques ou la puissance cléricale), j’ai observé, chez les Indiens, une religiosité générale et diffuse : un produit moyen de la religion. La non-violence, en quelque sorte, la douceur, la bonté des hindous. Ils ont peut-être perdu contact avec les sources directes de leur religion (qui est évidemment une religion dégénérée), mais ils continuent à en être des fruits vivants. Ainsi, leur religion, qui est la plus abstraite et la plus philosophique du monde, en théorie, est, en fait, en réalité, une religion totalement pratique : une manière de vivre.

On en arrive même à une espèce de paradoxe : les Indiens, abstraits et philosophiques à l’origine, sont actuellement un peuple pragmatique (fût-ce d’un pragmatisme qui permet de vivre dans une situation humaine absurde), tandis que les Chinois, pragmatiques et empiriques à l’origine, sont actuellement un peuple extrêmement idéologique et dogmatique (bien qu’ils résolvent pratiquement une situation humaine qui semblait sans solution).

Ainsi, en Inde, maintenant, plus qu’à l’entretien d’une religion, l’atmosphère est propice à tout esprit religieux pragmatique, quel qu’il soit. (pp. 54-56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   18 août 2013
On aurait dit le visage de saint Sébastien : incliné un peu sur une épaule, les lèvres gonflées et presque blanches, les yeux comme enduits de larmes sèches et une paupière étirée et rouge. Il marchait sur l'accotement d'une route bordée d'arbres, dans la banlieue de Gwalior et, s'étant rendu compte que je l'avais pendant un instant observé, il nous suivait maintenant avec un sourire douloureux. p 79
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Pier Paolo Pasolini (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pier Paolo Pasolini
5/5 Du 18 au 22 mai 2015 dans son émission “Hors-champs”, Laure Adler rend hommage au grand cinéaste italien Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Épisode 5 : Un peu de Pasolini en nous, avec René de Ceccatty, Hervé Joubert-Laurencin, Bertrand Bonello, Stanislas Nordey et Arnaud Meunier. En cinq épisodes, nous vous proposons de découvrir le cinéaste, le poète, l'engagé, le dramaturge, l'homme. Avec nos invités, artistes et universitaires, spécialistes et amoureux de Pasolini, “Hors-champs” dresse le portrait complexe, intense et passionnant d'une vie et d'un oeuvre qui aura marqué le vingtième siècle italien.
Invités :
René de Ceccatty, auteur, éditeur au Seuil Hervé Joubert-Laurencin, professeur d’esthétique et d’histoire du cinéma à Paris X Bertrand Bonello Stanislas Nordey, comédien et metteur en scène français Arnaud Meunier Pier Paolo Pasolini, cinéaste italien
René de Ceccatty est écrivain, dramaturge, éditeur et traducteur. Il est l'auteur de “Sur Pier Paolo Pasolini” (Editions du Rocher, 2005), “Pasolini” (Folio, 2005), et il a également traduit et dirigé les éditions françaises de nombreux textes de Pier Paolo Pasolini comme “Poésie en forme de rose” (Rivages, 2015), “Adulte ? Jamais : Une anthologie, 1941-1953” (Points, 2013), “La persécution : une anthologie, 1954-1970” (Points, 2014), “Sonnets” (Gallimard, 2012). Hervé Joubert-Laurencin est historien du cinéma, spécialiste de Pier Paolo Pasolini et professeur d'esthétique et d'histoire du cinéma à l'université Paris 10. Il est l'auteur de “Pasolini, portrait du poète en cinéaste” (Cahiers du cinéma, 1995), “Le dernier poète expressionniste : Ecrits sur Pasolini” (Les Solitaires intempestifs, 2005), “Salo ou les 120 journées de Sodome” de Pier Paolo Pasolini (Editions de la Transparence, 2012). Bertrand Bonello est réalisateur, acteur, scénariste et compositeur. Il a réalisé en 1996 le court-métrage “Qui je suis” d'après le poème éponyme de Pier Paolo Pasolini et il admire beaucoup le travail du cinéaste italien. Parmi ses films, on peut également citer “Le Pornographe” (2001), “De la guerre” (2008), “L'Apollonide : souvenirs de la maison close” (2011) ou encore “Saint-Laurent” (2014). Stanislas Nordey est comédien et metteur en scène. Il a joué et/ou mis en scène de nombreux textes de Pasolini : “Bêtes de style” (1991), “Calderon” (1993), “Pylade” (1994), “Porcherie” (1999), “Orgia” (2003)... Il est actuellement à l'affiche d'“Affabulazione” de Pasolini aux côtés de Marie Cariès, Raoul Fernandez, Thomas Gonzalez, Olivier Mellano, Anaïs Muller, Véronique Nordey et Thierry Paret, au Théâtre de la Colline (Paris) jusqu'au 6 juin. Arnaud Meunier est metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Etienne, centre dramatique national. Travaillant aussi bien au théâtre que pour l'opéra, il a très largement monté des oeuvres de Pasolini, auteur qu'il affectionne tout particulièrement, dont “Avec les armes de la poésie” (2004), “Pylade” (2003), “Affabulazione” (2001).
Thèmes : Arts & Spectacles| Cinéma| Poésie| Théâtre| Pier Paolo Pasolini
Source : France Culture
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
627 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre