AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 286432895X
Éditeur : Verdier (13/10/2016)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Fleuves géants, déserts glacés, taïga sans limites, températures extrêmes : en Sibérie, la géographie n'y va pas de main morte. L'histoire non plus, qui en a fait la terre des bagnards, et des déportés, l'un des noms du Malheur au XXe siècle. On peut pourtant trouver un charme secret à cette partie du monde qui désigne assez bien le vieux mot de solitudes, et qui est comme le grand large sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
nadejda
  14 juin 2011
Comme Sylvie Germain Le monde sans vous») et Mathias Enard L'alcool et la nostalgie»), Olivier Rolin nous livre un petit texte, accompagné de 3 chroniques inédites, «Sibérie», écrit suite au voyage d'écrivains français en 2010, à bord du Transsibérien, placé sous l'égide de Blaise Cendrars. 

Avant de lire ce troisième récit j'ai recherché une belle citation, que faisait Mathias Enard à la page 90 de «L'alcool et la Nostalgie» extraite, dit-il, du livre «En Russie» de Olivier Rolin : 
«... la Russie de ce Rolin était captivante, pleine de beaux alcools et de nostalgie. A la fin du livre il y avait l'histoire d'un insecte vert appelé cétoine, dont je n'avais jamais entendu parler, qui est très fréquent dans les plaines russes, d'après l'auteur ; le voyage finissait sur ces mots :
«Les pages des livres sont des pétales que ronge le scarabée vert de l'oubli.»

Ces deux auteurs se font souvent des clins d'oeil d'un livre à l'autre et je trouve cela très sympathique mais j'ai eu beau lire et relire attentivement «En Russie», pas l'ombre d'une cétoine ! La page a du effectivement être rongée à moins qu'on ne la retrouve dans un prochain livre d'Olivier Rolin. Si quelqu'un la croise je serais heureuse qu'il m'en fasse part !
Pour ce qui est de «Sibérie» ce texte d'Olivier Rolin est tout aussi passionnant que ceux de Sylvie Germain et Mathias Enard mais là où eux deux font jouer l'émotion et l'imagination, lui s'appuie, plus particulièrement, sur ses souvenirs et ses rencontres de voyages précédents et partage avec nous, dans un mélange d'humour et d'érudition, son amour des mots et des êtres. Lui seul a déjà pris le Transsibérien et a l'expérience des étendues traversées.

«Je suis, dit Danièle Sallenave ( auteur, parmi d'autres, participant aussi à ce voyage), le seul à avoir connu l'Amour : tous les autres sont des puceaux» p37


J'ai aimé lire ces trois textes qui permettent , pour ceux qui ne les connaissent pas, de découvrir trois auteurs et présentent l'intérêt de les voir traiter, de manière originale, un même thème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
moustafette
  11 juin 2011
Un opus des plus brefs mais des plus passionnants pour celles et ceux qui, comme l'auteur, voient leur imaginaire s'emballer à la simple prononciation de cette destination.
Immensités géographiques, historiques, culturelles, vous n'échapperez pas au voyage dans le Transsibérien, en compagnie d'auteurs contemporains, Sylvie Germain, Mathias Enard, Jean Echenoz, entre autres, mais aussi des précurseurs du genre qui les premiers ont été attirés par ce train mythique, Blaise Cendrars ou Joseph Kessel. Irkoutsk, Oulan-Oude, Vladivostok, autant de brèves escales propices à la réminiscence d'émois passés ou aux rencontres furtives. autant d'hommages aux grands hommes comme aux anonymes dont les yeux ont contemplé les mêmes paysages, bois, steppes, lacs, fleuves...
La seconde partie du livre est composée de trois articles inédits qui nous entraînent vers la Sibérie septentrionale. Départ de Khatanga pour l'univers de la taïga et de la toundra, celui des petits peuples, Yakoutes, Tchouktches, Dolganes, rivages gelés de la banquise que se disputent aux rennes ou aux ours les épaves de sous-marins nucléaires et les brise-glace, pour arriver finalement au détroit de Béring et resdescendre vers Magadan et Sakhaline en passant par le Kamchatka.
Russes ou autres, "On croise ici des destins qui sortent de l'ordinaire. Des vies taillées à coups de hache."
Au premier rang desquels, les millions de Zeks dont les fantômes errent encore sur les routes des goulags. Et c'est là tout le paradoxe de ce continent. Tout comme la beauté fulgurante des paysages est soudain poignardée par la réalité du gloaque russe, tous ces noms, qui pour les uns résonnent comme autant d'ailleurs générateurs de rêves, ont été le lit des pires cauchemars des autres.
Dans un autre registre, il est à craindre qu'un autre cauchemar se profile. La Sibérie, terre d'exils par excellence, l'est aussi pour l'écologie. Si on peut comprendre que l'âpreté et la rudesse de la vie quotidienne n'en font pas une priorité, il n'en reste pas moins que cette terre sert de poubelle à l'armée et que l'exploitation de son sous-sol riche en gaz, pétrole et minéraux très recherchés remplit les poches des oligarques au mépris de tout.
Sibérie, soit 13 millions de km² que l'auteur nous fait traverser en quatre-vingt douze pages. Grâce à de nombreux instantanés agrémentés de références littéraires triées sur le volet, il réussit à balayer espace et temps qui n'ont plus grand sens sous ces latitudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Charybde7
  05 août 2014
Paru en 2011 aux éditions Inculte, ce livre regroupe des textes écrits lors d'un voyage en transsibérien, organisé avec plusieurs écrivains à l'occasion de l'année France-Russie, ainsi que des nouvelles issues de plusieurs autres voyages, traduisant la fascination pour la Sibérie d'Olivier Rolin.
Cette fascination prend sa source dans le mot même de Sibérie, objet du magnifique premier texte de ce livre, un nom au charme inacceptable tant il est synonyme de malheur, emblématique de la démesure dramatique du territoire et de son Histoire.
«Les noms ont une couleur, une odeur, comme celle d'étoffes leur texture s'offre au toucher. Il en est qui ont l'expansion des choses infinies. Sibérie, ça sonne bien, vaste, comme Sahara. J'y entends tinter le fer, j'y vois briller la fourrure des zibelines. J'y vois une étoile fondre tel du sel dans l'eau noire, comme dans un poème de Mandelstam : "Et plus pure la mort, plus âcre le malheur / Et la terre plus cruelle et plus vraie."»
La Sibérie est l'expérience d'une immensité insondable, d'une région du globe où les dimensions géographiques et le cours de l'Histoire changent d'échelle, «un endroit de la terre où elle ne fait pas les choses à moitié».
«La Sibérie, c'est le grand large sur terre. Tchekhov note que "la mesure humaine ne s'applique pas à la taïga. Seuls les oiseaux migrateurs, dit-il encore, savent ou elle s'achève".»
Tout prend des dimensions grandioses là-bas, l'éclosion des fleurs au printemps après la fonte des glaces, les épisodes du voyage et les rencontres avec ces hommes qui ont des vies qui semblent «taillées à coup de hache.»
«Pendant mon séjour à Khatanga, j'ai encore vu défiler un philatéliste natif de Macon, qui venait pour la quatrième année consécutive oblitérer au pôle, un cheikh arabe photogénique et jovial, que les mauvais esprits gratifiaient du surnom de «quarante-deux femmes», ce qui était évidemment très exagéré (je l'aurais bien vu en revanche amant de l'infortunée Lady Diana), deux militaires français qui allaient s'entraîner sur la banquise (en prévision du jour de la guerre avec les Esquimaux ?), et même un cardinal romain.»
Sur la trace des grands écrivains russes, Olivier Rolin conclut ce périple géographique et littéraire sur les traces de Varlam Chalamov à Magadan, une quête qui souligne et dénonce l'amnésie de l'Histoire autant que son cauchemar.
«"Se souvenir du mal d'abord, et du bien ensuite. Se souvenir du bien pendant cent ans, et du mal pendant deux cent ans" : telle est l'âpre leçon que Chalamov retire de la Kolyma
Un petit livre en réalité très grand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vincentk
  16 août 2014
J'écris à ceux et à celles pour qui la Russie n'est pas déjà une petite patrie portative à fourrer dans sa poche, son sac, ou à plier dans sa main dans les transports en commun. Ceux et celles qui ne connaissent pas encore le plaisir que nous avons de réciter les russes Pouchkine et Tolstoï. Ou les européens qui ont parlé de la Russie, comme Blaise Cendrars ou Olivier Rolin.
Rolin, justement.
Un voyage de groupe, un voyage d'écrivains embarqués dans un train à l'occasion de "l'année France-Russie" a conduit M. Rolin à rouler sur les rails transsibériennes ; et ses yeux, et ses mains, et sa mémoire, et ses lectures ont écrits avec lui le petit livre que voici.
Olivier Rolin a compris que les voyages ne se racontent pas, mais les rencontres, si ; les rencontres, et les histoires qui y ont été semées : mammouth frigorifiés, expéditions au-delà du cercle polaire, bases arctiques, femmes aimées, gamines sur photos tirées d'une poche au milieu de nul-part, héros de l'URSS et anti-soviétiques.
Néanmoins, beaucoup de citations. Beaucoup trop, non. Mais on peut tirer de ce petit livre la conclusion qu'il n'est pas évident de raconter son voyage, son expérience, son amour de la Sibérie, continent sauvage et colonisé, barbare et bucolique, froid et chaud comme de la "petite eau".
Pourtant, les plus de 9000 kilomètres de voies ferrés européennes, slaves, orientales et asiatiques, nous transportent loin de notre siège de RER, de BUS, de métro. On en reprendrait bien un peu M. Rolin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ninamarijo
  26 avril 2014
Olivier Rolin nous embarque dans un fabuleux et fascinant voyage à travers la Sibérie en compagnie de grands hommes Tolstoi, Nabokov, Cendrars... Il nous impulse son amour pour ces immensités, ces "Vastae solitudines."
En ce week-end froid et pluvieux au coin de la cheminée loin des froids sibériens bercée par les staccato du mythique transsibérien je sais que vous avez été plusieurs à me suivre, merci.
Kilomètre 9288 Terminus Vladivostock ! Excellent voyage !
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Telerama   14 juin 2011
les textes ici rassemblés [...] dessinent peu à peu un itinéraire en forme de quête, d'initiation. Et que dire de l'écriture d'Olivier Rolin, d'une si évidente beauté...
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
ninamarijoninamarijo   26 avril 2014
( SIBERIE) Je parcours l'article que consacre... l'Encyclopédie Larousse du XX siècle... un livre dans lesquels j'ai appris à lire et surtout à m'abandonner à la rêverie géographique. J' y tombe sur les mots de " fleuves géants", d'immenses solitudes", " d'interminables rivages" baignés de mers glacés : je comprends qu'il s'agit d'un endroit de la terre où elle ne fait pas les choses à moitiè ( curieusement, cette expression qui est venue sous ma plume, je m'aperçois bientôt qu'elle est celle de Gogol à la fin des "Ames mortes" : " cette terre qui n'a pas fait les choses à demi, mais s'est étendue comme une tâche d'huile sur la moitié du monde"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ninamarijoninamarijo   26 avril 2014
Sibérie, ça sonne, vaste, comme Sahara. J'y entends tinter le fer, j'y vois briller la fourrure des zibelines. J'y vois une étoile fondre tel du sel dans l'eau noire, comme dans un poème de Mandelstam: " Et pure la mort, plus âcre le malheur / Et la terre plus cruelle et plus vraie."
Commenter  J’apprécie          50
nadejdanadejda   14 juin 2011
Vladimir Ivanovitch parle avec des accents édéniques de ces solitudes glacées. Ce qui est assez pittoresque, c'est qu'il le fait dans un espagnol châtié, appris il y a trente ans : "C'était une passion d'enfance. J'aimais cette langue à cause de sa prononciation sévère, et des histoires de pirates... Perros ingleses, chiens d'Anglais, rendez-vous !" Il rit et poursuit : "Et puis, las aves en la tundra hablan muy bien castellano, les oiseaux migrateurs de la toundra parlent très bien le castillan, ils vont passer l'hiver là-bas, dans les pays du Sud..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejdanadejda   14 juin 2011
Vassili Grossmann a des phrases saisissantes, dans "Vie et Destin", pour évoquer les colonnes de zeks se rendant au travail dans ces goulags arctiques : "Un silence de mort. Au-dessus de leur tête, l'aurore boréale, verte et bleue. Alentour la glace, la neige et le mugissement de l'océan tout noir. C'est là qu'on sent la puissance !"
Commenter  J’apprécie          40
ninamarijoninamarijo   26 avril 2014
A TCHITA, kilomètre 6198, nous accueillent la nuit et la pluie. C'est l'heure où la plateforme arrière du dernier wagon se transforme en boîte de nuit, fumoir et fabrique de gueule de bois.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Olivier Rolin (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Rolin
Dans La Grande Librairie du 11 septembre 2008 :
Catherine Millet pour Jour de souffrance (Flammarion) Patrice Pluyette pour La Traversée du Mozambique par temps calme (Seuil) Olivier Rolin pour Un chasseur de lions (Seuil) Tristan Garcia pour La Meilleure Part des hommes (Gallimard)
François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : sibérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre