AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246789370
Éditeur : Grasset (11/01/2012)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 66 notes)
Résumé :
28 mai 2010, Dominique Fernandez, accompagné d'une vingtaine d'écrivains, photographes, journalistes, acteurs, français et russes, embarque, au départ de Moscou, à bord du Transsibérien qui les mènera à Vladivostok, capitale de la Russie d'Extrême-Orient. Trois semaines sur les rails, et le bout du monde. De découvertes en réflexions, il livre, dans un récit émaillé de références littéraires et historiques, la Russie toute entière. Au fil du parcours et des paysages... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
ivredelivres
  29 janvier 2012
J'avoue, j'ai un faible pour Dominique Fernandez, son Tolstoï m'a beaucoup plu et j'ai craqué pour son dernier livre : Transsibérien.
Il faut dire qu'en le feuilletant en librairie que suis tombée sur cette phrase « Ce récit, je m'en excuse, sera farci de lectures et relectures » ce qui fut une incitation très forte.
En 2010 Dominique Fernandez a participé à un voyage dans le cadre de l'Année Franco-Russe, un voyage mythique en Transsibérien.
Avec une pléiade d'autres auteurs et journalistes, à bord de wagons aux couleurs des deux pays.
« le Transsibérien quitte chaque jour Moscou, gare de Iaroslavl, à 16H50 » le bout du voyage est sur la quai de Vladivostok quelques 9000 km plus tard.
L'auteur se fixe quelques règles pour ce journal de voyage : pas question d'être « aveugle et bêtement enthousiaste » mais rester vigilant, observer, s'interroger, critiquer si nécessaire mais à la manière d'un amoureux de la Russie.
L'auteur a prévenu, les références littéraires seront nombreuses, l'occasion pour le lecteur de se plonger dans un bain de littérature russe de Tchekhov en route pour Sakhaline, Dostoïevski en route pour la Maison des morts, en passant par Tolstoï et ses récits du Caucase ou Gorki, celui des récits d'enfance, avant qu'il encense la construction du Belomorkanal.
C'est aussi le voyage vers le Goulag de Chalamov ou Soljenitsyne car « Très rare sont les ouvrages qui parlent d'une autre Sibérie que celle des prisons, des camp, des travaux forcés ».
Mais la Sibérie c'est aussi l'aventure, la toundra glacée, l'impétuosité de l'Ienisseï, le « silence du Baïkal » ou le fleuve Amour.
Les étapes du voyage sont une litanie de noms qui font rêver : Nijni-­Novgorod, Ekaterinbourg, Omsk, Novossibirsk, Irkoustk, Krasnoïarsk.........
A chaque étape, voyage officiel oblige, c'est une succession de réceptions en fanfare, de dîners, de rencontres plus ou moins contraintes avec des russes, de spectacles, de visites, de conférences.
Les conditions matérielles sont très bonnes comparativement au voyageur lambda, une provodnitsa à leur service exclusif pour assurer la vie à bord, cette employée est chef du samovar qui trône en tête de wagon toujours prête à délivrer les verres, le thé, le sucre et faire abaisser les marches du wagon à chaque arrêt.
La traversée occasionnelle du wagon de troisième classe remet les pendules à l'heure russe, l'inconfort réservé au « prolétariat d'esclaves » soulève l'indignation de Dominique Fernandez.
Au gré des étapes et visites organisées on passe d'un conservatoire de musique à une représentation du Barbier de Séville à l'Opéra d'Ekaterinbourg, on apprend que Rudolf Noureev est né dans un wagon du Transsibérien. Parfois les visites sont décevantes et les rencontres ou les échanges avortés. Mais il y a aussi des moments de grâce comme cette rencontre avec des lycéens qui se livrent à un jeu littéraire franco-russe à faire pâlir d'envie n'importe quel enseignant.
Moment d'émotion que celui où Irina une des accompagnatrices russes lui propose « d'aller déposer des fleurs au pied du monument élevé à la mémoire du poète Ossip Mandelstam » c'est la dernière image qu'emporte Dominique Fernandez, la statue de celui qui écrivait
« Fourre-moi plutôt, comme un bonnet, dans la manche de la chaude pelisse des steppes sibériennes ».
j'ai aimé ce voyage mais je n'ai pas tout à fait tout dit. Si la littérature russe est largement présente la française ne l'est pas moins et de Théophile Gautier à Balzac , d'Alstophe de Custine à Alexandre Dumas, nombreux sont les français qui ont écrit sur cette Sibérie. Il invite aussi à la lecture d'Andréï Makine le sibérien le plus français qui soit.
En vrai amoureux de la Russie l'auteur rend le voyage passionnant, deux carnets de photos accompagnent parfaitement le texte.


Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Fifrildi
  18 mai 2017
Ce livre traînait dans ma pal depuis 5 ans... voilà une bonne chose de faite.
Il s'agit du compte-rendu d'un voyage sur le mythique Transsibérien de Moscou jusque Vladivostok , terminus du Transsibérien après 9288 kilomètres passés sur les rails.
De tous les participants à ce voyage je ne connais que deux écrivains : Jean Echenoz (14) et Danièle Sallenave (Le don des morts). Mais ils n'ont pas vraiment la parole dans ce livre qui est centré sur les impressions de son auteur, Dominique Fernandez.
Voilà un voyage qui à l'air tout aussi attirant que rebutant. Attirant pour la découverte des fabuleux paysages de la Sibérie (dont l'incontournable lac Baïkal) et rebutant pour les conditions de voyage qui sont loin d'être confortables (sans parler de la nourriture).
Dominique Fernandez agrémente son récit avec des anecdotes historiques et des références littéraires (de quoi alimenter mon pense-bête de quelques titres) comme :
- le maître d'armes d'Alexandre Dumas
- Rêves de Russie de Yasushi Inoué
- Pastorale transsibérienne d'Oleg Ermakov
- Voyage à l'île Sakhaline de Tchekov
Un voyage qui me fait quand même un peu rêver même si je sais que je n'aurai pas l'audace de l'entreprendre ^^

Challenge multi-défis 2017 (1)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Aela
  21 mars 2012
Ce livre m'a permis de revivre le très beau voyage que j'avais fait avec ma fille en 2006 en Sibérie, depuis Moscou jusqu'à la frontière mongole près de Oulan Oude.
Dominique Fernandez, académicien, a réalisé un périple de 3 semaines à bord du célèbre train Transsibérien, en compagnie de 15 écrivains français, voyage réalisé et organisé dans le cadre de l'année de la Russie en France, en mai 2010.
Dominique Fernandez reconnaît lui-même qu'il avait des idées fausses sur la Sibérie avant de participer à ce voyage: il imaginait un pays misérable, des villages abandonnés..
Il a pu voir que cette représentation ne correspondait pas du tout à la réalité.
Ainsi son étonnement lors de la visite de la ville de Novossibirsk, aujourd'hui 3ème ville de Russie avec un million et demi d'habitants.
On se laisse bercer par ce récit de voyage qui adopte un rythme régulier comparable à celui de ce célébrissime train Transsibérien.
Des anecdotes de voyage, des digressions, des réflexions sur l'art, la peinture, la poésie, L Histoire...
C'est un véritable voyage culturel qui nous est offert ici par Dominique Fernandez.
Comme lui j'avais été éblouie par l'immensité et l'infini: les régions du monde où l'on peut parcourir 1 000 km d'affilée sans rencontrer aucune trace humaine ne sont pas légion.
J'ai trouvé particulièrement réussie l'évocation des déportés décembristes, (les officiers qui se sont révoltés contre le tsar Nicolas 1er au début du 19ème siècle) lors de la visite de la ville d'Irkoutsk; ville pleine de souvenirs et de références littéraires avec le passage du légendaire Michel Strogoff dans cette ville.
Un merveilleux voyage, à lire et à relire, avant de découvrir ce magnifique pays.
A préciser enfin, comme le fait d'ailleurs Dominique Fernandez, que beaucoup de Russes de la partie occidentale de la Russie ne sont jamais allés en Sibérie.
Un livre que je conseille donc aussi à ma grande amie russe Irina...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
brigittelascombe
  05 juin 2012
Pour un même voyage en Transsibérien, organisé dans le cadre de l'année France-Russie, j'ai découvert avec plaisir les écrits différents, donc les personnalités différentes de Danièle Sallenave (avec Sibir-Vladivostok, mai-juin 2010 chez Gallimard: un voyage journalistique fort bien écrit mais guide en main), de Maylis de Kerangal (avec Tangente vers l'Est chez Gallimard: la tranche de vie émouvante et romancée en Transsibérien du conscrit Aliocha qui s'angoisse pour son avenir sordide) et de Dominique Fernandez ( avec Transsibérien chez Grasset: le voyage d'un érudit, qui malgré les grises façades décourageantes, la nature trop vaste et monotone, l'"'espace démesuré", s'est plongé dans la littérature russe, sa musique et ses chants pour dénuder la trame d'une âme russe tissée de siècles de "souffrances et d'extases".
C'est le voyage (pèlerinage puisque Dominique Fernandez était déjà venu en Russie en 1994 avec le photographe Ferrante Ferranti dont les photos couleur expressives agrémentent ce livre et soulignent, elles aussi, les profondeurs cachées de ce pays marqué par "l'absolutisme des tsars" ou les horreurs du goulag et qui "tend vers l'infini") d'un érudit amoureux des livres et de leur enseignement historique et philosophique qui ressort en priorité dans Transsibérien.
"Le vrai voyage ne dépayse pas,le paysage n'est beau que par la vibration intérieure qu'il nous fait éprouver,exempte de toute curiosité pour l'inattendu" nous dit l'auteur qui vibre et nous fait vibrer avec lui. Réflexions philosophiques sur le temps immobile "bloqué à l'heure de Moscou", lucidité par rapport au même trajet inconfortable entre voyageurs aisés et "prolétariat d'esclaves", remarques sur la "morosité, laideur et suspicion" à Moscou en opposition au capitalisme agressif des marques, remontée dans le passé russe à travers livres, citations (de Tchkékov à Tolstoï ou Soljénitsyne..) alors que la Bible des Russes est Pouchkine, anecdotes comme sa parodie de noces bouriates avec Danièle Sallenave, Dominique Fernandez s'interroge surtout sur les changements par rapport à la révolution où cette "autocratie bloquait toute ouverture".
Transsibérien est un livre ardu dont je retiendrai surtout le voyage littéraire permis au lecteur.
"Descendre la Volga avec Gorki de Nijni-Novgorod à Kazan,c'est descendre le courant de l'histoire russe" car Dominique Fernandez relate la visite de l'isba de Gorki (pseudo signifiant Amer) toute sereine, alors que s'est déroulé là l'enfance d'un gosse battu qui a écrit à l'encre de sa souffrance et s'est fait "fils du peuple" pour se révolter contre l'indicible.
Oui, c'est bien l'âme russe cachée dans les profondeurs des cordes vocales qu'a su nous transmettre dans son TranssibérienDominique Fernandez de l'Académie Française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Ariane84
  04 septembre 2017
Une lecture en demi-teinte sur un sujet qui avait pourtant tout pour me plaire, la Russie, son âme et ses grands espaces, au fil du Transsibérien.
La plume de Dominique Fernandez est par moments très belle, pleine de finesse.
Mais l'ensemble est alourdi par des digressions trop fréquentes sur des points de détail de l'histoire russe, ou par des listes d'éléments architecturaux vus par l'auteur, sans véritable intérêt.
Ce livre apporte tout de même un éclairage intéressant sur la Russie actuelle et sur sa culture, mais bien peu de personnes pourront apprécier l'intégralité des références citées tout au long du récit par Dominique Fernandez.
En bref je ne regrette pas ma lecture mais n'en sors pas aussi enchantée que je l'aurais aimé.
A lire si vous avez envie de voyager le long des 9 288 kilomètres du Transsibérien...
Commenter  J’apprécie          161

Les critiques presse (2)
NonFiction   21 juin 2012
Entrecoupé d'anecdotes littéraires, musicales ou historiques, de considérations architecturales et artistiques, de souvenirs de l'auteur lui-même et de rencontres bien réelles, ce récit entraîne le lecteur, à travers une nature envoûtante, dans un pèlerinage physique et spirituel […].
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeMonde   27 janvier 2012
Transsibérien est une promenade et une rêverie, dont certaines pages sont très belles, d'autres très drôles, et qui néglige à dessein le reportage ou l'analyse.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations & extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   21 mars 2012
Je sais que vous l'aimez à l'étranger, Gorbatchev.
Nous, Russes, sommes plus réservés à son sujet.
La perestroïka est venue trop vite, le changement a été trop brutal.
Du jour au lendemain, il n'y avait plus d'Etat, plus d'idéal.
On ne payait plus les salaires, on ne distribuait plus gratuitement les appartements.
Maintenant cela va mieux.
De 1990 à 2000 c'étaient vraiment les années noires.
Je n'idéalise pas l'ancien régime mais il faudrait discuter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
FifrildiFifrildi   17 mai 2017
La vitesse réduite du Transsibérien donne l'impression qu'on se promène à pied ou à cheval au milieu des arbres. Comme il n'y a le long de la voie ni autoroute, ni grille de protection, ni route, ni station-service, ni garage, ni hangar, ni maison d'aucune sorte, et qu'on aperçoit aucun être humain, l'impression d'illimité est décuplée par la solitude immense qui enveloppe la taïga. Si intéressantes que soient les villes où l'on s'arrête, le voyage en Transsibérien, c'est d'abord le spectacle d'une nature dilatée à perte de vue et constamment dans son état sauvage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ivredelivresivredelivres   29 janvier 2012
Des rivières, des tourbières, des étangs coupent l’immense forêt. Pas une maison, pas un homme, pas une automobile, pas un animal. Un monde s’étend devant nous, aussi neuf qu’à son origine La plaine, les arbres, le ciel, toujours la plaine, toujours les arbres, toujours le ciel, dans une suspension du temps qui ouvre la porte sur l’éternité
Commenter  J’apprécie          130
AelaAela   21 mars 2012
Kilomètre 2917. 18 heures, heure locale, 3 heures de plus qu'à Moscou, mais l'horloge de la gare, niant le décalage horaire, indique 15 heures.
Novossibirsk est né du Transsibérien, en 1893.
Jules Verne ne mentionne pas cette ville, et pour cause: en 1875, elle n'existait pas. 740 habitants en 1894, un million 70 ans plus tard, aujourd'hui 3ème ville de Russie avec 1,5 million d'habitants. La création d'usines géantes, l'afflux continuel d'émigrés, la position de plaque tournante du transport entre les mines de charbon à l'est et les gisements minéraix de l'Oural, expliquent cette croissance, qui a été plus rapide que dasn l'Ouest américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AelaAela   21 mars 2012
Le danseur Noureev reste un trait d'union idéal entre la Sibérie et la France, puisque, né dans un wagon de 3ème classe du Transsibérien, près du lac Baïkal, non loin d' Irkoutsk, le 17 mars 1938, c'est à Paris qu'il faussa compagnie aux sbires du KGB, le 6 juin 1961, à l'aéroport du Bourget.
Noureev demeure en Russie, sinon un parfait inconnu, du moins une pâle image sans beaucoup de consistance.
Déclaré traître en 1961, condamné par contumace à 7 ans de prison pour haute trahison, il avait été radié de la culture russe, de la mémoire russe, abec cette efficacité dont savait faire preuve la censure soviétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Dominique Fernandez (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fernandez
Dominique Fernandez : « On est capable de tout... » .Dominique Fernandez interrogé pour Mediapart par Antoine Perraud à propos d'?Amants d'Apollon? (Grasset) : Paris, février 2015.
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
. .