AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Ambroise (Traducteur)Sabina Zanon Dal Bo (Traducteur)
ISBN : 2264031964
Éditeur : 10-18 (30/01/2001)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 50 notes)
Résumé :

Après la Seconde Guerre mondiale, un homme retourne au hameau de la montagne vénitienne où il a passé son enfance. Si les pierres et les rues en ont été remodelées pour le transformer en un village de villégiature, les stigmates de l’horreur et le souvenir de ceux qui y vécurent sont demeurés bien vivaces. C’est d’abord celui de Giacomo, petit gamin d’une famille pauvre qui, de l’e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  06 décembre 2012
Mario RIGONI STERN ou le triomphe de l'authenticité.
Ce n'est pas un écrivain à style ; non, non, non, il s'efface derrière son histoire, ses anecdotes, il veut qu'on l'oublie. Mais il a ses raisons Mario, il sait que ses histoires sont épaisses comme les murs d'une forteresse, qu'elles se suffisent à elles-mêmes sans qu'il soit besoin d'en rajouter. Alors, discrètement, il nous les raconte, sachant très bien qu'on sera emportés par elles.
Pas d'artifice, jamais ; du fond, du fond, rien que du fond. Et pourtant c'est très bien fait car bien évidemment, tout cela n'est qu'une illusion et il faut être un drôle de conteur pour arriver à raconter sans avoir l'air d'y toucher, un pan entier de l'histoire du monde rural italien en pleine période fasciste de l'entre-deux guerres.
Le tour de force est là ; donner l'illusion que ça coule tout seul, que c'est évident, que c'est aisé comme la parole. Non, mes chers, rien n'est simple en ce bas monde et c'est un travail que de faire croire qu'il n'y en a pas et c'est en tout cas un bel hommage à ces habitants d'un monde qui n'existe plus qu'il nous adresse.
L'auteur nous raconte donc Giacomo, un enfant né au pied des Alpes, tout au nord de la Vénétie, à deux pas des frontières autrichiennes et yougoslaves de l'époque. le petit bonhomme a dû naître vers 1920 et Rigoni Stern débute sa narration autour de 1928 et nous la déroule jusqu'à la seconde guerre mondiale (1942).
On se rend bien compte de ce qu'était la vie dans ce rude milieu rural et montagnard, où la problématique de savoir quoi manger le soir occupait pas mal les esprits. Lui, Giacomo, qui vit avec sa soeur aînée, sa mère et sa grand-mère, est un brave petit gars, pas mauvais à l'école, qui aide bien sa famille et qui n'a pas trop le temps de penser à faire des bêtises.
C'est lui l'homme de la famille car son père, pauvreté et famine aidant, a été contraint d'émigrer pour un temps dans les mines de Lorraine afin de faire, bien laborieusement, parvenir, périodiquement, un petit pécule à la famille, lequel pécule se retrouve bien souvent englouti rien que pour régler les dettes et subvenir aux affaires courantes.
Chaque centime a son utilité. On ne jette rien et on récupère tout, on use tout jusqu'à la corde car on ne sait pas quand on pourra s'en acheter un neuf. le système d'est souvent à l'ouvrage.
Oui, elle est bien dure cette vie et les principales joies résident dans la beauté du cadre, la solidité de la famille et la cohésion des villageois du hameau qui se serrent les coudes, car tous embarqués dans la même galère.
Le gros problème, c'est l'emploi, et finalement, la principale source de revenu et d'activité dans la région, pour améliorer moindrement le quotidien, c'est d'aller récupérer les métaux et la poudre des diverses munitions et obus tombés dans la région lors de la grande bataille avec les Autrichiens en 1917. le plomb, le fer, le cuivre, le laiton, chaque villageois récupérateur est devenu un expert en reconnaissance de type de munition. La poudre est savamment extraite pour être revendue aux chasseurs.
Mais vous vous doutez bien qu'une telle activité n'est pas dénuée de risque. Nombreux sont ceux qui ont perdu un bras, un oeil, ou mieux encore. La guerre est finie depuis dix ans, quinze et elle continue encore à tuer.
Sans compter que notre ami Benito Mussolini instaure un régime de grande tolérance et qu'il fait bon ne pas partager ses idées. La délation va bon train et il faut se méfier de chacune de ses propres paroles qui peuvent constituer un chef d'accusation.
Les ruines de la première guerre mondiale, la mise en place du fascisme dans toute sa splendeur et la crise économique, trois bonnes raisons d'avoir le moral en berne dans cette Italie-là. Pas facile de se construire ni de trouver sa place pour le petit Giacomo, qui peu à peu devient un homme, saison après saison, chacune ayant ses bonheurs et ses difficultés propres.
Un livre fort, sans chichi, qui nous fait affectionner ces villageois et compatir à leurs malheurs, sans jamais jouer dans le pathos, sans oublier un final coup de poing, qui ne saurait vous laisser de marbre, du moins c'est mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          651
moravia
  09 février 2019
Pureté, simplicité, amour pour la nature. Dans tous ses récits l'on retrouve cette idée directrice qui peut paraître aux yeux du lecteur d'aujourd'hui un manque d'ambition tant notre époque couronne l'esbrouffe.
Est-ce l'explication du peu de notoriété en France de ses livres avant les années 90 ? Il a fallu attendre ces années là pour trouver quelques ouvrages en poche (10/18) et qu'une maison d'édition Lyonnaise publie une bonne partie du reste de son oeuvre (douze livres actuellement au catalogue des Éditions La Fosse aux ours).
Mario Rigoni Stern fait partie de ces écrivains, comme Ramuz en suisse et Giono en France, qui ne déçoit jamais le lecteur même si la "petite musique" a un air de déjà entendu. Ceci explique ma note moyenne car je pense avoir eu plus de plaisir en lisant "Retour sur le Don" ou "Histoire de Tönle".
Commenter  J’apprécie          322
oblo
  29 juin 2018
Giacomo, c'est un souvenir et c'est l'éternité. C'est le souvenir d'une enfance passée dans le Trentin-Haut-Adige, et c'est l'éternité d'un garçon devenu personnage de livre. Pour évoquer ses souvenirs de jeunesse, Mario Rigoni Stern a la pudeur de parler d'abord des autres. Ceux qui ont peuplé, justement, son enfance et son adolescence, et ses premières années de jeune homme avant que la guerre mondiale, la seconde, n'emporte, comme l'avait fait la première, tout sur son passage. Mario Rigoni Stern a la pudeur et l'humilité de parler de ceux qui n'avaient pas la même chance que lui, ni dans leurs jeunes années (on comprend, à la lecture, que la famille de Stern ne vivait pas dans le besoin) ni dans la guerre.

Il y a, dans l'écriture de Stern, une simplicité confondante. Aucune recherche stylistique, aucune grandiloquence, rien qui, dans le vocabulaire, cherche à impressionner. Mario Rigoni Stern cherche plutôt à dire et, donc, à trouver le mot juste. Bien que le récit soit simple, c'est entre les lignes que l'auteur glisse finalement les messages les plus forts de son oeuvre. Et ainsi s'oppose, dans ce court récit, la vie immémorielle des hommes et leur folie passagère et destructrice.
S'il n'y avait pas eu les grands événements qui avaient bouleversé L Histoire, Les saisons de Giacomo aurait simplement présenté la vie d'une communauté villageoise du Trentin-Haut-Adige. A quel siècles ces événements s'étaient déroulés, on n'aurait su le dire. Entre les cultures à semer et à récolter, les foires diverses, les messes, la transhumance des bergers et les rigueurs d'hivers alpins, voilà la vie simple telle qu'elle s'est passée durant des siècles. Les enfants vont à l'école, jouent ensemble, s'aiment tendrement parfois, participent aux travaux de leurs parents. Giacomo, comme les autres, n'échappe pas à cette règle ancestrale.
Au-delà de ce que l'on pourrait qualifier d'étude ethnologique, il y a, naturellement, les grands événements de l'Histoire. La première guerre mondiale apparaît, innocemment, au détour de phrases. Dans une clairière où viennent pique-niquer les travailleurs, on songe à ceux qui, dix ou quinze ans auparavant, s'y entretuaient. Dans une forêt, la terre est remplacée par de la balistite, qui remplissaient autrefois les balles des fusils et des obus. La première guerre mondiale a marqué le paysage : terrains aplanis ou défoncés, tranchées creusées et, bien-sûr, restes humains et débris de matériels qui affleurent sur la terre. La première guerre mondiale a pris les hommes du coin, elle les a dévorés, comme elle a dévoré les Autrichiens, les Anglais, les Français, les Croates et les Hongrois. Ce qui marque, dans Les saisons de Giacomo, c'est que la guerre se fait mère nourricière dans les années 20 et 30. Les hommes, dépourvus de travail, s'en vont faire de la récupération : contre quelques centimes ou lires du kilogramme, ils peuvent revendre le fer, le plomb, le cuivre qu'ils trouvent dans les montagnes. Il suffit de se pencher, parfois de creuser un peu. Naturellement, certains obus ne sont pas désamorcés et ils provoquent des explosions, donc de nouvelles morts. Mais cela n'arrête pas les récupérateurs, comme le père de Giacomo. Ce dernier prendra la suite de son père, parcourant ses montagnes puis les Dolomites pour agrémenter le quotidien.
Après la guerre vient, en Italie, le fascisme. Mussolini exalte la grandeur de l'Italie, la renaissance de l'empire : l'Ethiopie et l'Albanie, conquises, en témoignent. le pouvoir lance de grands travaux pour honorer les morts : la nature en sera encore victime. Pour cela, on rase des villages, on profane les cimetières, on engage une population qui n'a plus de travail. Mais les grands discours et les grands travaux du régime ne suffisent pas pour donner un travail stable à tous. Alors certains, comme l'a fait le père de Giacomo, partent : en France, aux Amériques (Etats-Unis, Argentine ...), en Australie (comme la soeur de Giacomo). le fascisme embrigade la jeunesse : les Ballila, les avant-guardistes séduisent à moindre coût une jeunesse qui n'a pas connu la guerre, bien qu'elle en voie les témoignages tous les jours. le Duce enflamme les coeurs lors de ses discours seulement. En dehors de cela, la méfiance gagne les âmes et les idées communistes pénètrent aussi ces sociétés villageoises (cf le père de Giacomo). Les guerres sont annoncées avec grandiloquence et acceptées avec fatalisme.
Ainsi que les saisons, les guerres sont donc cycliques. La vie des hommes et des femmes passent selon ces cycles, sans but à atteindre, sinon celui de passer les hivers. L'écriture de Mario Rigoni Stern respecte ces cycles, puisqu'il ne met en place aucune intrigue, laissant libre cours à ses souvenirs. Les saisons de Giacomo se termine avec l'hiver (russe) mais le souvenir que le livre laisse, lui, évoque un printemps éternel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
myrtille81
  23 décembre 2012
Nous sommes en Vénétie dans les Alpes italiennes à la frontière de l'Autriche. Un homme revient dans le village de son enfance, aujourd'hui déserté. En passant devant la maison de Giacomo, son ami d'enfance, il se souvient...
Giacomo est né dans les années 1920. le village est pauvre et la survie s'y organise ; chaque lire est comptée et même les enfants essaient de ramener un peu d'argent.
Comme les montagnes autour du village furent le champ de batailles sanglantes, Giacomo et ses amis vont y faire de la "récupération" de minutions afin de vendre le cuivre et le plomb. En tombant parfois sur les corps des soldats morts. Une tâche que beaucoup d'hommes sont bientôt amenés à faire, parfois en y laissant leur vie.
Quand ils ne sont pas obligés d'émigrer, en France ou plus loin.
Et l'entre-deux guerres en Italie, c'est aussi la montée du fascine et l'arrivée au pouvoir de Mussolini. Les enfants apprennent des chants à la gloire du Duce, s'enrôlent dans les jeunesses fascistes afin d'avoir un quelconque avenir. La propagande est partout.Et les opposants se taisent, ou parlent tout bas. du communisme, de la guerre d'Espagne.
Et puis la seconde guerre arrive...
Les saisons de Giacomo, n'a pas vraiment la forme d'un roman ; ce livre est plus une suite de chroniques qui relatent la vie du village, l'école, les loisirs, les difficultés à trouver l'argent pour se nourrir, et la guerre. Chroniques qui rendent hommage à ces pauvres gens en relatant leur débrouillardise et leur grande générosité.
Ce roman est aussi un document sur la vie à cette époque, et le vocabulaire et les termes employés peuvent être parfois ardus. Mais la lecture n'en est pas moins passionnante...
Lien : http://mumuzbooks.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
rotko
  30 mai 2017
L'incipit est décisif. Il pose un narrateur non identifié qui ne sera révélé qu'à la toute fin du récit. Il explique le cadre : un village dans le Haut Adige entre les deux guerres mondiales, c'est-à-dire pris en étau, comme les villageois eux-mêmes, dans des conflits qui le dépassent et qui le broient. On comprend aussi la distance entre ce qui est vécu par Giacomo et dit par le narrateur, une relation pudique, affectueuse, nostalgique ou attristée selon les moments, et qui donne à cette chronique d'un « pays perdu » une sobriété émouvante.
En contrepoint du village déserté, le récit présente, par les rappels successifs d'un passé révolu, un cadre de vie familier où le lecteur est immergé : les vaches elles-mêmes sont désignées par leurs noms, et les habitants n'ont pas besoin d'être présentés tant ils font partie du quotidien. Tout au plus dit-on leur lien de parenté avec Giacomo (« l'oncle de Giacomo » etc.) ou font-ils partie du voisinage, en clair, des visages familiers.
On vit au jour le jour, des restes de la grande tuerie de 14-18, récupérant sur la terre maltraitée les armes et les obus qu'on vendra pour survivre au prix du métal récupéré, non sans accident parfois. Les repas sont austères et monotones, juste bons pour se caler l'estomac. Autant dire que les plaisirs de l'enfance seront dans le vagabondage botanique ou la débrouille inventive pour se payer, fête exceptionnelle, un ticket de cinéma.
La vie est communautaire, chaque génération dit son mot, on parle d'exil et de diaspora, de l'espoir d'un ailleurs, d'un retour d'un expatrié. La société vit avec les absents, dans une compréhension immédiate qui rappelle les communautés chères à J.J Rousseau, où pauvreté rime avec vertu et solidarité. On y trouve une entente fondamentale, et un amour du pays, comme chez Pastor, l'écrivain slovène.
On vit des scènes primitives, telle la cueillette des framboises par les femmes > « Parfois, pendant cette halte de midi, aux femmes des framboises s'unissaient les récupérateurs qui creusaient dans les environs et qui les avaient entendu chanter ; alors les propos se faisaient plus vifs et plus joyeux à cause aussi des allusions claires mais pudiques des frères Pûne. ».
Les émois amoureux se nourrissent du merveilleux : « le soir après dîner, il [Giacomo] avait pris l'habitude d'aller à la veillée dans l'étable des Nappa où il retrouvait Irène qui, maintenant, était une jeune fille et non plus une gamine. C'était beau quand ils sortaient de l'étable et qu'il neigeait. C'était vraiment beau de la sentir à côté de lui parmi les flocons de neige. Mais c'était beau aussi quand il ne neigeait pas et que le ciel de février était peuplé d'un nombre infini d'étoiles, jusqu'au plus profond ».
L'évocation lyrique naît naturellement d'un style simple, essentiellement des indépendantes, point de subordonnées d' « analyse ». On privilégie le moment vécu, sans doute pour le sortir de la gangue du malheur à venir.
Il est pourtant présent, ce malheur, en basse continue avec le fascisme qui s'immisce à l'école, veut embrigader par le sport des jeunes avides des sensations fortes de ce pays montagneux, et imposer ses choix, y compris dans la reproduction du bétail local ! le fascisme se heurte à la résistance locale communautaire, et il suffit de remarques sceptiques pour démonter dans cette chronique les « discours officiels ». Les opinions réelles des villageois se traduisent dans des propos privés, surpris par les enfants déroutés qui commencent ainsi leur éducation politique.
« Voilà ce que disaient, ce jour-là, trois chasseurs et un récupérateur. Giacomo écoutait en silence et il ne savait qu'en conclure ».
N'en disons pas plus. J'invite les lecteurs à goûter les différents niveaux de ce récit sincère, dont la dernière page est une signature et une dédicace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   24 novembre 2012
Maintenant, c'est-à-dire depuis une trentaine d'années, les sept portes du hameau ne s'ouvrent que quand les gens de la ville montent de la plaine pour les vacances. Ils ne sont plus là, les descendants de ceux qui les avaient construites avec les pierres extraites des montagnes et les troncs choisis dans nos bois, qui les avaient réparées en 1920, qui avaient commencé ou achevé ici leur vie, ou qui étaient partis d'ici pour aller travailler au loin, ou à cause de la guerre. On n'allume pas le feu dans les cheminées mais on fait des grillades en plein air en brûlant des saucisses sur les barbecues le week-end. Les jardins sont devenus des parkings. Il n'y a même plus de fontaine car elle empêchait les voitures de manœuvrer. Tout à changé. Ce qui était vivant dans cette maison est très loin, elle est vidée de tout et remplie de silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Nastasia-BNastasia-B   15 décembre 2012
Ils en avaient vraiment assez du Syndicat fasciste des éleveurs de la province qui voulait coûte que coûte imposer la race svitt, ou suisse, à la place de la tarine séculaire que, depuis toujours, ils tenaient dans leurs étables et dans les pâturages et qui, selon la tradition, avait été amenée à la suite des ancêtres, quand ils étaient venus du Nord habiter dans nos montagnes. La tarine, disaient les paysans et les alpagistes, est une vache au pâturage qui ne maltraite pas l'herbe, qui mange de façon régulière sans sauter à droite et à gauche comme la svitt. Et puis, n'étant pas lourde, elle ne brise pas la couverture herbeuse avec ses sabots, et l'herbe, elle va même la chercher dans des endroits où ne vont pas les autres vaches. Et puis elle est sûre aussi pour la fécondation et la mise bas, et elle vit longtemps.
C'est pour ces qualités, que le Syndicat ne voulait pas reconnaître, que les manifestants n'entendaient pas accepter l'obligation d'abattre les taureaux de race tarine et de castrer les taurillons. Derrière tout ça, disaient-ils, il devait y avoir les intérêts du président du Syndicat ainsi que de quelques importateurs. (...) Les paysans en avaient assez de tout cela et ils estimaient avoir le droit de choisir les taureaux et les vaches qui répondaient le mieux à leurs intérêts. C'est ainsi qu'ils se donnèrent le mot pour manifester cet après-midi-là devant la mairie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Nastasia-BNastasia-B   11 décembre 2012
Le dernier jour d'école, c'est à lui que l'institutrice avait fait lire la dernière page du manuel : " (...) Le fascisme œuvre pour que l'Italie devienne toujours plus grande. " Il avait lu de sa voix sonore habituelle, mais après avoir reçu son livret et chanté les hymnes patriotiques, à l'église, pendant la messe en l'honneur de Saint Louis, il pensait que lui, les choses qu'il avait lues, il ne les avait jamais vues. Pourtant, si c'était écrit dans les livres, cela devait être vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Nastasia-BNastasia-B   01 décembre 2012
Il attendit, immobile, pendant des heures, pendant presque toute la nuit, et enfin, vers le matin, il entendit chanter les grives. Mais il entendit aussi l'ours descendre par le sentier. Il se prépara à tirer. L'ours arriva au milieu du champ pour casser la croûte et Cola tira avec le premier canon. L'amorce ne s'alluma pas. Il tira avec le second et par chance le coup partit car l'ours, qui l'avait flairé, était sur le point de lui tomber dessus. L'ours roula par terre. Cola bondit hors de la fente du rocher, le couteau à la main. L'ours n'était pas mort et il lui prit le bras entre les dents. Cola hurla si fort que l'ours eut peur et il ouvrit la bouche ; Cola eut vite fait de lui planter son couteau dans le cœur et ainsi mourut l'ours. Moi, je l'ai vu mort, l'ours, j'avais votre âge ; on dit que ça a été le dernier de ces montagnes. Moi, je n'en ai plus vu d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   02 décembre 2012
Une journée chaude et étouffante de juin un chef vit un manœuvre dont la chemise n'était pas trempée de sueur.
- Toi ! Oui, toi. Viens ici. Pourquoi n'es-tu pas trempé de sueur ? Tu t'es reposé à l'ombre jusqu'à maintenant ?
- Moi, chef, je ne transpire jamais. C'est dans ma nature de ne pas transpirer.
- Impossible. Ne me raconte pas d'histoires, ici on transpire tous. Dans la construction du monument aux héros il n'y a pas de place pour les malins.
- Ce n'est pas de ma faute si je ne transpire pas. Vous n'avez qu'à le demander à mes camarades.
- Je ne veux pas le savoir. T'es renvoyé. Et rappelle-toi : compagnons et non camarades. Reviens samedi toucher ta paye.
Il était peut-être mal luné parce que, ce matin-là, en rentrant dans un WC du chantier il avait lu sur les planches, écrit au charbon : LE DUCE AU POTEAU.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Video de Mario Rigoni Stern (3) Voir plusAjouter une vidéo

Mario Rigoni Stern: Les saisons de giacomo
Depuis la vallée de la roya dans les alpes Maritime, Olivier BARROT lit un passage de" Les saisons de giacomo" pour présenter l'ouvrage de Mario RIGONI STERN.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre