AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sylvie Cohen (Traducteur)
EAN : 9782070776757
88 pages
Éditeur : Gallimard (19/01/2006)
3.67/5   6 notes
Résumé :
La question du fanatisme obsède notre monde contemporain. Nos sociétés occidentales, à tort ou à raison, ont l'impression de devoir combattre un ennemi invisible, car sous la forme paroxystique du terrorisme, le fanatisme frappe, au nom d'une foi ou d'une idée, sans que nous sachions comment répondre à cette agression de notre mode de vie et de nos modèles de société.

Le Proche-Orient peut se prévaloir d'une tragique longueur d'avance en ce qui concer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kielosa
  08 août 2017
Un peu beaucoup étonnant qu'Amos Oz, sûrement l'auteur israélien le plus lu dans le monde n''ait pas encore reçu les faveurs du jury Nobel. Est-ce que, par hasard, cet écrivain serait trop pacifiste pour pouvoiŕ compter sur l'appui de son gouvernement ? Je vois, en effet, difficilement l'actuel premier ministre, Benjamin Netanyahou du Likoud (un parti de la droite nationaliste), faire des efforts monstres pour soutenir à Stockholm la candidature de ce casse-pieds d'homme raisonnable. Car Oz cumule, à mes yeux, ces deux qualités plutôt rares au Moyen-Orient : le pacifisme et la raison.
Dans les presque 70 ans de son existence, l'État d'Israël n'a eu qu'un seul Nobel de littérature : l'illustre inconnu Samuel Joseph Agnon en 1966. de lui je n'ai lu qu'un seul livre "La dot des fiancées" et , honnêtement, cela me suffit largement. Une histoire qui aurait pu être intéressante, si un Isaac Bashevis Singer, son frère Israel Joshua ou sa soeur Esther Kreitman avait manié la plume. Ou Amos Oz, qui en était un voisin. À croire que les suédois se sont trompés de rue à Jérusalem !
Amos Oz est un sabra ou juif né en Palestine/Israël de parents polono-lituaniens en 1939. Ses parents, 2 intellectuels polyglottes, interdisaient le petit Amos de s'exprimer autrement qu'en hébreu. Plus tard, il changea son nom de famille de Klausner en Oz, qui signe force ou courage. À l'âge de 12 ans, sa mère, en proie à des dépressions nerveuses, se suicida. Un drame qu'il a relaté, un demi-siècle plus tard, avec maestria dans son chef-d'oeuvre (à mon avis) " Une histoire d'amour et de ténèbres", qui a accueilli sur Babelio une excellente critique de melpomene125 ou Laure Barachin, à laquelle je vous invite de jeter un coup d'oeil. Deux ans après, il joint un kibboutz. Sans oublier ses études de philosophie et littérature hébraïque pour autant, ce qui lui a permis de devenir plus tard dans cette dernière matière professeur à l'université de Beer-Sheva. En 1960, il maria Nilly Zuckerman, qui lui a donné 3 enfants. L'aînée Fania Oz-Salzberger, après des études brillantes est devenue professeur d'histoire à l'université d'Haïfa et ses travaux sur le Siècle des Lumières lui valent une autorité mondiale. Avec sa fille, Amos a écrit un ouvrage curieux, mais qui m'a fort plu : "Juifs par les mots", dans lequel ils expliquent avec beaucoup d'érudition et humour que leur peuple s'est perpétué grâce aux livres et mots. Un délice pour tout linguiste. Il est vrai que les Oz ne sont certainement pas de fanatiques religieux.
Et avec ce mot fatidique de 'fanatique', j'arrive à son oeuvre, qui me sert de base pour situer Amos Oz comme humaniste et fervent avocat de la paix. Quel autre ouvrage de lui servirait mieux que ce bref essai "Comment guérir un fanatique" de 2006, d'une centaine de pages ?
Dans la brève introduction de ce livre, la prix Nobel 1991 sud-africaine Nadine Gordimer, qualifie Oz comme la voix de la raison et d'équilibre mental.
Ce qui pour un Klausner, dont le grand-oncle, Joseph, un apôtre du sionisme révisionniste de Vladimir Jabotinski, et à ce titre candidat présidentiel aux premières élections en Israël, est loin d'être évident. Rappelons que c'est Chaim Weizmann, plus modéré, qui remporta, en 1949, ces élections comme chef du nouvel État. Amos, connaîtra une évolution dans l'autre sens, d'abord socialiste et proche de l'actuel président, Shimon Peres, puis membre du parti Meretz (énergie en français). Ce parti est laïc et socialiste, défenseur des droits de l'homme et, comme Amos, partisan de la formule "2 peuples, 2 états" pour résoudre le conflit israélo-palestinien.
Amos Oz est également le cofondateur du mouvement extra-parlementaire "La Paix maintenant", créé en 1978, et qui proclame un retrait d'Israël de la bande de Gaza en Cisjordanie et est radicalement contre les colonies illégales qui s'y sont établies.
Ses idées sont proches de 2 autres écrivains israéliens : David Grossman et Avraham Yehoshua.
Depuis son premier livre en 1965, "Les Terres du chacal", Amos Oz a publié 19 autres romans, 3 recueils de nouvelles et 5 essais importants. Parmi ses oeuvres je peux vous conseiller : "Mon Michaël" de 1968 ; "La Boîte noire", qui a reçu le prix Femina étranger en 1988 ; "Une panthère dans la cave" de 1995 et son tout dernier, "Judas" de 2016. Parmi ses recueils, je garde un très bon souvenir de ses "Scènes de vie villageoise" de 2010.
Peu de gens peuvent se vanter d'autant de prix, titres, distinctions, doctorats honoris causa... en dehors de leur pays d'origine qu'Amos Oz. En parcourant la longue liste, l'on est tenté de vérifier quels pays européens manquent et sa reconnaissance, soit comme auteur, soit comme homme de paix, ne se limite pas à notre continent, puisque la Corée du Sud et la Chine, par exemple, lui ont aussi prouvé leur appréciation. Il est le seul auteur dont l'oeuvre en hébreu a été traduite en chinois et fait partie du programme officiel d'éducation.
Amos Oz, qui a souvent dit et répété qu'aucune idée ne peut être vaincue par la force, n'est pas un idéaliste rêveur, qui juge le monde et les hommes à partir d'une tour ivoire, mais un combattant actif et engagé pour la paix, fort conscient de la faiblesse humaine, y compris de son propre peuple. Pour terminer sur une note plus légère et, ma foi, assez humoristique je me réfère à une boutade de lui, qui figure en fin de volume du présent ouvrage, et où il dit que le problème d'Israël avec ses 8 millions d'habitants est, qu'il compte aussi 8 millions de premier ministres, de prophètes et de messies.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          248
solsol
  04 novembre 2011
Première rencontre avec ce grand écrivain et par un essai en plus: quel défi!
Et bien, au final, une lecture agréable, pas du tout rébarbative.
Ce texte est la compilation de diverses conférences données sur le même thème et on y suit la pensée de l'écrivain dans ses déambulations variées.
Se glisser tout d'abord dans la peau de l'autre pour s'approcher de sa réalité, de sa conception de la vie. Pour le comprendre.
Se poser ensuite la question du fanatisme pour prendre conscience de son omniprésence: les fanatiques ne mettent pas tous des bombes: "la conformité et l'uniformité, le besoin d'être à sa place et de faire en sorte que chacun tienne sa place est sans doute la forme la plus répandue et non la moins dangereuse du fanatisme." (p.39) Toute absence de dérision, tout refus du compromis mène vers cette voie. Quand bien même nous ne viserions que le bonheur de l'autre.
Constater enfin que le conflit qui déchire ces deux peuples depuis si longtemps est un conflit entre deux causes justes. Il n'y a ni bons ni méchants, Les Palestiniens ont de bonnes raisons, les Israéliens défendent une cause juste. Face à une situation si peu manichéenne, nul ne peut trancher, la seule voie de règlement passe par cette constatation et l'acceptation du droit de l'autre.
Et Amos Oz de finir sur une note pleine d'optimisme qui fait froid dans le dos: lors de cette conférence, donnée en 2001, il entrevoit des possibilités de règlement du conflit. Plus réelles que jamais.
Dix ans plus tard, où en sommes-nous?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mhfloresguinle
  18 février 2015
L'auteur, né à Jerusalem en 1939 nous présente l'histoire d'avant et d'après la création de l'État d'Israel. du regard de l'enfant jusqu'à celui du citoyen Israelien, l'auteur refléchit sur les faits qui sont à l'origine du conflit Israel-Palestine et sur les possibilités de s'en sortir par des solutions non extrémistes.
Commenter  J’apprécie          10


Videos de Amos Oz (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amos Oz
1/10 Amos Oz : Ailleurs peut-être (France Culture - Adaptation radiophonique). Diffusion sur France Culture du 20 juin au 1er juillet 2016. Photographie : Arad. Amos Oz. 2004 © MICHA BAR AM / MAGNUM PHOTOS. La vie de tous les jours dans un kibboutz imaginaire des années 60, décrite par un des plus grands écrivains israéliens contemporains. Roman traduit de l’hébreu par Judith Kauffmann. Adaptation : Victoria Kaario. Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd. Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière. Ce feuilleton en dix épisodes est l’adaptation du premier roman d’Amos Oz, « Ailleurs peut-être », publié aux Éditions Gallimard. Amos Oz y dépeint la vie des membres d’un kibboutz imaginaire, celui de Metsoudat-Ram, dans les années soixante. Sur le fil d’une année, Ezra, Reouven, Bronka, Noga et les autres, s’aiment, se trompent, se quittent, font des enfants, légitimes ou pas. Et ces drames intimes qui jalonnent le récit n’entravent en rien la marche de la vie collective, rythmée tant par les célébrations communistes que par les rumeurs qui empoisonnent la vie des villageois. 1er épisode : Un village idyllique, Messieurs-dames 2ème épisode : Le charme de la banalité quotidienne 3ème épisode : Le Premier Mai 4ème épisode : Puissance du mal 5ème épisode : Deux femmes 6ème épisode : Soirées poétiques 7ème épisode : Un personnage diabolique 8ème épisode : Tu es à nous 9ème épisode : Idylle familiale 10ème épisode : Tableau final Avec : Violaine Schwartz, Quentin Baillot, Jean-Gabriel Nordmann, Evelyne Guimmara, Mohamed Rouabhi, Christine Culerier, Rebecca Stella, Nicolas Lê Quang et bien d’autres Bruitage : Sophie Bissantz Equipe de réalisation : Bernard Lagnel et Anil Bhosle Assistante de réalisation : Julie Gainet Source : France Culture
+ Lire la suite
>Histoire du Moyen-Orient>Histoire de l'est méditerranéen>Histoire de Palestine, Israël (48)
autres livres classés : conflit israélo-palestinienVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Amos Oz (1939-2018) R.I.P

Mon père parlait 11 langues, mais il a fait mon éducation en Hébreu, j'étais alors un « petit chauvin déguisé en pacifiste». Un «nationaliste hypocrite et doucereux », un « fanatique », qui jouait à la guerre et s’enflammait contre les Anglais et les Arabes, j'étais, j'étais, comme une panthère dans la .....?......

Nuit
Cave
Tourmente
Neige

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Amos OzCréer un quiz sur ce livre