AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253130613
Éditeur : Le Livre de Poche (14/01/2004)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Kleist, Hölderlin, Nietzsche : trois destinées fulgurantes et sombres, où les éclairs du génie créateur illuminent des vies brèves, en proie à l’excès, à la démesure, à la folie.
Comme il l’a fait dans Trois poètes de leur vie, Stefan Zweig rapproche ici ces figures animées par un même mouvement intérieur. Pour ces errants, à peu près ignorés de leur vivant, la pensée ou la création ne sont pas cette sereine construction d’un idéal d’harmonie et de raison don... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Alcapone
  11 novembre 2012
Ainsi que l'explique l'éditeur dans son introduction, le combat contre le démon qu'évoque Stefan Zweig dans ce livre, concerne Kleist, Hölderlin et Nietzsche, dont la force d'écriture est aussi puissante que passionnée. En effet, ces auteurs allemands ont non seulement pour point commun leur patrie mais plus encore : leur énergie créatrice animée par une force indomptable, les contraint sans cesse à combattre leur démon : celui de l'écriture comme un moyen de survie. Solitude et souffrance sont également ce qui les réunit. Comme à son habitude, l'auteur nous brosse avec verve et talent, ces trois portraits d'écrivains dont la démesure et la folie, a marqué les destins. Ce qu'on retiendra, c'est que l'écriture est pour chacun d'entre eux, un exercice vital qu'ils ont pratiqué passionnément tout au long de leur vie dans la lutte et l'acharnement. Certes avec chacun son propre style. Ainsi Heinrich Kleist représente t-il selon Zweig, l'auteur tragique par excellence, Friedrich Hölderlin, l'éternel éphèbe de la poésie allemande et Friedrich Nietzsche, le nomade de la pensée assassin de Dieu.
Si tout le monde connaît plus ou moins Nietzsche, il est plus rare que les gens aient déjà entendu parler de Kleist ou Hölderlin. Pourtant, ces derniers ont bien marqué la littérature allemande. Pas de leur vivant, et c'est aussi l'une des raisons pour lesquelles Zweig leur a dédié ces textes, mais de façon posthume. Personnalités sombres et complexes, les auteurs ici étudiés par Zweig, intriguent. Personnellement, j'avais déjà vaguement entendu parler d'eux sans avoir jamais rien lu. C'est pourquoi, je me suis lancée dans cette lecture. Autant pour le style de Zweig que j'affectionne particulièrement, que pour découvrir ces auteurs allemands méconnus que sont Kleist et Hölderlin. Il me fallait donc essayer de comprendre ce point commun (le démon) qui caractérise nos trois « torturés ». A la lecture de ce livre, je constate que l'angle d'étude proposée par Zweig se justifie : « Pour ces errants, à peu près ignorés de leur vivant, la pensée ou la création ne sont pas cette sereine construction d'un idéal d'harmonie et de raison dont Goethe donne l'exemple accompli ; elles ne peuvent naître que dans le corps à corps avec un démon intérieur qui fait d'eux les fils de Dionysos, déchiré par ses chiens ». Extrait de la 4e de couverture. L'affection portée par Zweig au génie, à la folie et à la création artistique des trois auteurs est le dénominateur commun de ces textes. Et j'ai trouvé l'hommage brillant, si ce n'est l'écriture de Zweig que pour une fois, j'ai trouvé « trop lyrique ». Il est certes question de poésie et de tragédie mais pour moi, les métaphores compliquées et les comparaisons à outrance m'ont lassée (exceptée l'étude sur Nietzche). Et le livre a bien failli me tomber des bras plus d'une fois. C'est bien dommage d'ailleurs, car le tryptique constitué de l'auteur, des sujets et de la thématique, m'avait semblé séduisant. Malheureusement, bien que cette lecture m'ait permis de percevoir le sombre génie créateur des intéressés, je l'ai trouvée à force de formules trop imbriquées, ennuyeuse... Ceci dit, pour découvrir le portrait complet de Nietzsche par Stefan Zweig, n'hésitez pas à lire le livre du même nom.
Kleist fuit son démon dans les voyages. Peu importe sa destination, il court le monde pour échapper à son trop plein passion. Avec lui, c'est tout ou rien : entre exaltation et refoulement, sa dualité a fini par le conduire au suicide.
Sa quête de pureté l'abandonnant à son orgueil inavoué, il s'enferme dans sa bulle, qui lui laisse libre cours à ses tourments. Conscient de son talent, il préfère s'effacer pour ne pas s'abîmer au vulgaire monde matériel. Pourtant, il sait que cette décision sera fatale à sa poésie. Peu importe, il se sacrifie pour la pureté de son art même si pour cela, il doit passer pour un faible. Il finira sa vie oublié de tous sous les traits de Scardanelli.
Nietzsche est le philosophe de la liberté et de la vérité. Combattant ses démons par un travail sans relâche, Nietzsche « accouche » de sa pensée dans la souffrance et la solitude. Si ce qui le tue pas le rend plus fort, ce philosophe martyre assassin de Dieu, nous prouve par son combat contre le démon que l'homme et son art ne font qu'un.
Lien : http://livresacentalheure-al..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AuroraeLibri
  09 juin 2012
Super livre!!! Un ouvrage de réference et une introduction passionnante sur le romantisme allemand.
Aprés les romans et les nouvelles, Stefan Zweig aborde le genre biographique, toujours sous l'angle de la psychanalyse.Il s'agit d' "accorder plus d'importance à l'homme qu'à l'oeuvre, ne voir dans celle-ci qu'un auxiliaire pour mieux pénétrer la psychologie de son auteur."
Je n'ai qu'une hâte, c'est de me plonger dans les oeuvres de ces auteurs que je viens de redécouvrir sous un jour nouveau!
"Il n'existe pas de grans art sans la présence du démon...Il n'y a pas de grand art sans inspiration et toute inspiration émane d'un au-delà inconscient, d'une intuition qui dépasse l'intelligence.(...)Tout esprit créateur est inévitablement amené à entrer en lutte avec son démon, et c'est toujours un combat passionné, héroique, le plus magnifique de tous les combats.
Holderlin, Kleist et Nietzsche sont les types allemands les plus représentatifs du poète terrassé par le démon...Nous appelons démon l'inquiétude primordiale et inhérente à tout homme qui le fait sortir de lui-même et se jeter dans l'infini, dans l'élémentaire..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Pchabannes
  29 mai 2010
Quelle dose de vérité un homme peut-il supporter ? F Nietzsche le Gai Savoir
Ce texte de Stefan Sweig (1881-1942), der kampf mit dem dämon, édité pour la première fois en 1937, traduit par Alzir Hella, utilise la figure de style des Vies parallèles de Plutarque, en proposant d'exposer trois figures héroïques : Hölderlin, Kleist et Nietzsche. Tous trois projetés hors de leur moi par une puissance formidable, supraterrestre, un cyclone de passion et qui finissent prématurément dans le suicide et la folie. Des météores, incompris de leur génération, rayonnant dans leurs brèves missions. “Eux-mêmes ignorent ce qu'ils sont et le chemin qu'ils prennent parce qu'ils ne font que venir de l'infini, pour aller à l'infini : c'est à peine si dans l'ascension et la chute rapides qu'est leur vie ils frôlent le monde réel.”
J'ai lu pour l'heur la partie consacrée à Frédéric Nietzsche. Ce texte dense de 90 pages possède une force de pénétration stupéfiante qui n'étonnera pas les connaisseurs de Sweig. Que l'on soit lecteur ou non de Frédéric Nietzsche, nul ne saurait passer à coté de ce monument de compréhension intime du philosophe qui vous imposera une nouvelle plongée dangereuse dans Zarathoustra, Ecce Homo ou le Gai Savoir. L'ami de Freud décrit l'homme en ses multiples dimensions, psychologique en digne ami et disciple du grand viennois, et celles du philosophe ou plutôt du philalèthe, ami de l'Alètheia plutôt que de Sophia, et bien sur de l'écrivain.
lire la suite sur www.quidhodieagisti.fr
Ne manquez pas ce moment d'élévation dans notre monde gris et vulgaire.
Lectori salutem, Patrick

Lien : http://www.quidhodieagisti.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sofy74
  31 juillet 2013
Ce livre ne se lit pas d'une traite, ouf j'ai terminé, mais que de culture il apporte.
Zweig est vraiment un génie dans tous ses écrits. La littérature allemande qui était pour moi une totale inconnue l'est un peu moins.
Commenter  J’apprécie          70
miriam
  26 août 2014
Lu à la suite de Michael Kohlhaas, Enfin, je n'ai lu que la partie concernant Kleist que j'ai découvert récemment.
Zweig avec sa culture immense, son esprit de finesse, son éclairage freudien, ne me déçoit jamais.
Seul bémol, Zweig écrit pour ceux qui possèdent une bonne culture allemande, ce qui n'est pas mon cas. Beaucoup de références me manquent il faut que je complète mes lectures de Kleist pour apprécier encore plus l'analyse.
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   23 octobre 2015
L'art ne connaît pas de plus beau moment que celui où il peut montrer l'excès dans son eurythmie même, en cette minute d'unisson universel où la dissonançe se fond en une divine harmonie ; où les contrastes les plus violents comblent la distance formidable qui les sépare pour échanger un rapide baiser d'amour : plus l'opposition à été grande, plus cet embrassement est puissant, plus deux courants qui se rejoignent confluent tumultueusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LevantLevant   03 octobre 2017
Le plus désemparé des poètes allemands (Keist) dote son pays, un instant avant son suicide, de la plus parfaite des tragédies, tout comme Höelderlin lui lègue, un moment avant de sombrer dans la démence ses hymnes orphiques d'une sonorité céleste, comme Nietzsche, avant l'effondrement de son intelligence, lui donne la plus sublime ivresse spirituelle, la parole légère et étincelante. Rien ne saurait rendre la magie de ce chant du cygne, d'une beauté merveilleuse et inexplicable comme le dernier sursaut d'une flamme qui se meurt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SachenkaSachenka   25 octobre 2015
[L'idée dominante de Kleist] est que chacun doit avoir un plan ; et jusqu'à la mort, presque, cette illusion le poursuivra qu'il faut se fixer un but, choisir judicieusement ses moyens, que le problème de la vie se résout comme un problème d'algèbre ou de stratégie.
Commenter  J’apprécie          130
AlcaponeAlcapone   11 novembre 2012
Toujours la liberté est le sens final de Nietzsche - le sens de la vie et celui de sa chute : de même l’esprit a besoin de temps en temps d’un homme démoniaque, dont la puissance supérieure se dresse contre la communauté de la pensée et la monotonie de la morale. Il a besoin d’un homme qui détruise et que se détruise lui-même. p.338
Commenter  J’apprécie          80
PchabannesPchabannes   29 mai 2010
“Il est donné aux natures possédées du démon de reprendre la notion depuis longtemps banalisée et tempéré pour la transporter dans un chaos créateur, dans une sphère de tension infinie.[…] Une sincérité comme celle de Nietzsche n’a plus rien de commun avec l’instinct de prudence domestiqué, dompté et tout à fait tempéré des marchands, pas plus qu’avec la sincérité grossière et brutale de nombre de penseurs qui, portant à droite et à gauche des œillères, ne se précipitent que sur la voie d’une seule vérité, la leur.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Stefan Zweig (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Thomas alias "Tom" de la Griffe Noire vous donne rendez-vous chaque mardi à 11h00 sur la chaine Youtube GriffeNoire TV pour sa chronique TOM'S SELECT consacrée à la BD...
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Darnand le bourreau français tome 1 de Patrice Perna et Fabien Bédouel aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
24 heures de la vie d'une femme de Nicolas Otero et Stefan Zweig aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/107813-bd-24-heures-de-la-vie-d-une-femme.html
Les chroniques de vos libraires préférés c'est sur notre chaine YouTube !!!: https://www.youtube.com/channel/UCVthrox2f¤££¤11Retrouvez L23¤££¤
Retrouvez l'ensemble des coups de c?ur de Gérard dans sa librairie en Ligne ! www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables.
Gérard Collard Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Littératures des langues germaniques>Littérature allemande : 1900- (17)
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1050 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre